C’est avec émotion que nous vous annonçons aujourd’hui le début d’une nouvelle ère et donc, nécessairement, la fin de la précédente. Avant l’été, nous cesserons de proposer des postes en coworking dans notre espace parisien. La décision de mettre fin à cette activité qui fut le point de départ d’une aventure commencée il y 7 ans ne fut pas facile à prendre. Laissez-nous vous en donner les raisons.

#1 – Le modèle économique

Ne tournons pas autour du pot : faire tourner un espace de coworking de 380m2 en plein Paris n’est pas chose facile. Nous avons depuis le début le souci d’animer cet espace afin de favoriser la rencontre et l’échange entre mutins. Vous avez été nombreux au fil des ans à nous dire qu’il régnait à Mutinerie une ambiance particulière, un esprit unique. Les faits sont venus confirmer cette impression : de très nombreuses aventures ont commencé à Mutinerie et bon nombre d’entre vous sont devenus de véritables amis. Les liens tissés sont innombrables et demeurent. Cela est dû aux personnalités de celles et ceux qui y travaillent et y ont travaillé mais cela a aussi à voir avec un travail soutenu d’accueil et d’animation qui demande des ressources difficiles à amortir uniquement sur les abonnements. Alors que faire ? Augmenter les prix ? Laisser tomber les efforts d’accueil et animation ? Nous pensons que dans un cas comme dans l’autre, nous en serions tous sortis perdants.

#2 – Nos situations personnelles

Lorsque nous avons démarré Mutinerie, nous étions jeunes, libres et sans enfants. Nous restions derrière le bar de huit heures du matin à onze heures du soir un jour sur deux, nous dormions sur place régulièrement et certains d’entre vous aussi. Nous étions heureux de tout cela. Les années ont passé et la situation a changé. Nous sommes devenus parents. Avec ce nouveau poste : des horaires plus rigides, des obligations diverses, l’envie d’avoir du temps pour nos enfants. Continuer à tenir à bout de bras cet espace dans ces circonstances devenait difficile.

#3 – Le coworking n’est plus ce qu’il était

Lorsque nous avons ouvert Mutinerie, le coworking n’en était qu’à ses balbutiements. Exception faite de quelques originaux, que nous saluons au passage, le public français ignorait complètement ce phénomène. Pourtant, il nous semblait essentiel de faire connaître cette solution au plus grand nombre : nous en étions convaincus, notre manière de travailler était en train de changer radicalement et le coworking apportait une solution particulièrement pertinente aux enjeux de cette nouvelle économie. Les travailleurs indépendants ne devaient plus rester isolés et le coworking offrait un formidable terrain de jeux pour celles et ceux qui aspiraient à une vie professionnelle à la fois libre et solidaire.

Nous étions quelques-uns et quelques-unes, aux quatre coins de la France, à rêver d’un environnement de travail différent mais surtout à travailler pour faire de ce rêve une réalité. Nous échangions entre-nous, nous partagions des bonnes pratiques, nous nous retrouvions régulièrement pour faire avancer la cause, nous nous connaissions personnellement et nous ramions tous dans le même sens. Sept ans plus tard, on peut considérer que la mission a été accomplie, le coworking est entré dans les moeurs, des espaces ont vu le jour sur tout le territoire, des dizaines de milliers d’indépendants ont trouvé, proche de chez eux, le cadre dans lequel ils peuvent se développer. Chemin faisant, le coworking, qui était un mouvement, est devenu un marché, avec tout ce que cela implique : moins de coopération, plus de compétition et aussi l’arrivée de gros acteurs capables de mobiliser des moyens absolument hors de portée des petits opérateurs indépendants qui avaient ouvert la voie.

Ce processus est normal et fait partie inhérente du cycle de l’innovation, nous ne portons là-dessus aucun jugement. Il y a sur terre des rêveurs, des explorateurs, des constructeurs, des développeurs, des gestionnaires et même des liquidateurs : il faut de tout pour faire un monde parait-il et c’est très bien ainsi. Il nous restait néanmoins à prendre acte de cette nouvelle donne : le coworking commençait à devenir générique, l’innovation se déplaçait, il fallait aller chercher ailleurs le grand frisson de la nouveauté et c’est ce que nous avons fait.

Mutinerie School nous donna une formidable occasion de valoriser les talents mutins favorisant ainsi le partage du savoir au sein de notre communauté et bien au delà.  Il y a bien sûr la Freelance Fair, le plus grand rassemblement de Freelances de France, que nous avons imaginé et créé car nous sentions qu’il était temps de sortir des murs du coworking. Et, bien entendu, Mutinerie Village, notre espace de coworking rural. Voilà quelque chose de nouveau, une terra incognita, un projet sur lequel nous avons retrouvé la fraîcheur et l’excitation des débuts. À tel point qu’un certain nombre d’entre-nous ont déjà quitté Paris pour s’installer dans le Perche. Notre intuition s’est confirmée : de plus en plus de freelances, libres de travailler d’où ils veulent, en profitent pour quitter la ville et s’installer à la campagne. C’est pour donner à cet élan une résonance plus vaste que nous lançons aujourd’hui, avec le PETR, l’Ambassade du Perche, un projet d’accompagnement à l’installation de freelances dans le Perche.

***

Nous mettons fin à notre activité de coworking pour nous concentrer sur ces nouveaux projets mais la puissante communauté qui s’est développée autour de Mutinerie continuera à vivre comme elle vit déjà, bien au delà d’un lieu. Les liens qui nous unissent sont plus fort que jamais, nous continuerons à nous rassembler régulièrement et notre ambition reste intacte : réussir ensemble à mener une vie professionnelle libre et féconde.

Stay tuned…

Le Crew

Author

antoine

36 thoughts on “Mutinerie cessera bientôt de proposer des postes en coworking dans son espace parisien

  1. Patrick on 25 avril 2018 at 10 h 34 min Répondre

    Bravo pour votre projet et surtout l’esprit mutin qui l’animait..
    Jeune et à la fois vieux matelot dans l’aventure, j’espère vous revoir un jour,
    Bons vents !
    Patrick, de WAYS AND WAVES, qui porte bien son nom…

  2. Adrien on 25 avril 2018 at 10 h 40 min Répondre

    Je vous souhaite bonne continuation dans vos nouvelles aventures. Vous avez été les pionniers d’un mouvement lié à plus d’entraide et de collaborations entre free-lances. Je pense aussi sincèrement que les indépendants vont se diriger de plus en plus vers les campagnes et les petits villages comme les différentes initiatives que l’on peut voir en Bretagne ou dans le sud de la France. Bonne chance à vous.
    Amicalement Adrien du 10h10 Coworking

  3. NATHANAEL MATHIEU on 25 avril 2018 at 10 h 59 min Répondre

    Les mutins, cette nouvelle c’est un peu comme un couteau dans le cœur.
    Mais le coworking avant d’être un lieu c’est un état d’esprit et ça vous le garderez à vie c’est certain 🙂 Merci pour ces belles années parisiennes et toutes les explorations. La révolution continue.

  4. Isabelle Costa on 25 avril 2018 at 11 h 12 min Répondre

    Vos raisons sont clairement exprimées et tellement compréhensibles….Longue vie à l’Ambassade du Perche….Il faut aller là où restent des lieux à défricher et à faire vivre. Paris est bien trop encombrée !

  5. Baptiste on 25 avril 2018 at 11 h 17 min Répondre

    Emotions mêlées, chers Mutins! On a vu avec vous éclore – ce qu’il convient aujourd’hui d’appeler – le « marché » du coworking et on en fait les mêmes constats. Les défricheurs et visionnaires de la première heure ne sont pas forcément ceux qui en font un modèle durable – et d’ailleurs si on a peut-être chacun son rôle, l’aventure n’en est pas moins passionnante. Et si on devait le refaire, on le referait? De notre côté je pense que oui :). Merci pour toutes les discussions, initiatives, billets, godets… Et pour avoir ouvert la voie avec ce premier espace et cette belle communauté – qui elle ne ferme jamais ses portes. On suivra avec attention la suite des aventures du crew, qui comme tout équipage, aime à voguer vers de nouvelles destinations. Peace

  6. Francesco on 25 avril 2018 at 11 h 32 min Répondre

    Merci Antoine et merci Mutinerie d’avoir ouvert la route! Vous avez été une grande source d’inspiration! J’espère que ce nouveau chemin nous permettra de faire des choses ensemble.

  7. Délia on 25 avril 2018 at 11 h 39 min Répondre

    Bravo pour l’énorme travail d’acculturation accompli, pour avoir eu le courage d’aller jusqu’au bout, pour cette formidable énergie, et pour les belles proses d’Antoine. Respect pour les belles personnes que vous êtes. Nul doute que vos projets à venir porteront leurs fruits.
    Merci

  8. Bruno MARTIN on 25 avril 2018 at 11 h 43 min Répondre

    Je comprends vos choix, même si j’en suis très ému, surtout dans le contexte de développement du mouvement international vers « un vrai marché ». Je parlais encore de vous ce matin en visitant des espaces / communautés à Paris. J’ai expliqué combien je suis fier d’avoir pris part à votre aventure entrepreneuriale, communautaire, humaine et familiale. Merci de m’avoir partagé votre vision et donné l’énergie pour exporter le coworking en Lorraine et faire naître la Poudrière à Nancy. Notre communauté est et restez la « Sainte-Barbe de Mutinerie ». Au plaisir de vous revoir et de participer à vos nouvelles aventures. Amicalement. Bruno

  9. Swen on 25 avril 2018 at 12 h 28 min Répondre

    Belle aventure ! Merci d’avoir fait bouger les lignes !!

  10. François on 25 avril 2018 at 12 h 45 min Répondre

    Merci à Mutinerie pour son initiative permanente ! Nous avons beaucoup aimé vous côtoyer, notamment lors des tournois de foot ! Le Lawomatic restera votre bête noire 🙂 En tout cas, longue vie à tous et bonne continuation !!

  11. Gabriela on 25 avril 2018 at 12 h 54 min Répondre

    Je n’ai jamais eu l’occasion de mettre les pieds à la Mutinerie, mais j’ai suivi votre aventure de loins depuis déjà plusieurs années. Merci de m’avoir fait rêver d’une autre réalité, merci d’avoir été une vraie source d’inspiration pendant tout ce temps. Merci pour votre energie et la passion avec laquelle vous avez partagé vos rêves de demain. J’ai un petit pincement de coeur, mais vous avez tellement raison de chercher d’autre projets pour retrouver la fraîcheur et l’excitation du début. Là aussi, une belle inspiration 🙂 Bon vent !

  12. prx on 25 avril 2018 at 13 h 39 min Répondre

    C’est à Mutinerie que je suis devenu freelance, puis entrepreneur.
    J’y ai fait fait des rencontres et expériences qui aujourd’hui encore influencent mon quotidien pro et perso. Merci d’avoir créé cette belle école pirate de la vie entrepreneuriale.
    Je suis ému d’apprendre que cette école ferme ses portes d’origines, mais je me console car je sais que l’âme du lieu persiste. J’ai hâte de savoir en quoi elle se réincarnera.
    A bientôt.

  13. Sarah A on 25 avril 2018 at 13 h 54 min Répondre

    J’oublierais jamais ma première fois à Mutinerie. Grand tournant dans ma vie à ce moment là. Merci pour tous ces moments de vie.

  14. Elkwaet on 25 avril 2018 at 14 h 08 min Répondre

    Bel article. Je ne pu m’empêcher de le re-poster sur mon blog.

  15. benoit on 25 avril 2018 at 14 h 34 min Répondre

    Une petite émotion – pour le lieu et les gens qui ont vu naître notre projet ! Longue vie à l’esprit de Mutinerie et au Village – A bientôt !

  16. Blandine Bréchignac on 25 avril 2018 at 18 h 07 min Répondre

    Voilà une nouvelle qui ne laisse pas indifférent !
    C’est là qu’on se rend compte que le temps a passé depuis les premières Coworking Conferences, les premiers rassemblements à Paris et ailleurs, les premiers enthousiasmes et étonnements suscités par le coworking, bien avant que le terme ne soit galvaudé.
    La fermeture de Mutinerie va créer un vide rue de Meaux c’est certain… Mais comme vous le dites : l’innovation se déplace, le grand frisson est désormais ailleurs, et avec vos nouvelles « obligations » et envies viendront sans doute de nouvelles idées.
    Bonne continuation pour la suite, bonne chance dans vos projets à venir, bon vent à l’équipage !

  17. Lionel, Bastia Coworking on 25 avril 2018 at 20 h 37 min Répondre

    Les copains, pour tout ce que vous nous avez apporté de conseils, de bonne humeur et d’amitié, merci !
    Longue vie à vos nouveaux projets !
    Vous restez nos petits français préférés 🙂

    1. William on 26 avril 2018 at 16 h 51 min Répondre

      Merci Lionel ! A bientôt en Corse ou ailleurs.

  18. Amaury on 25 avril 2018 at 21 h 11 min Répondre

    Bravo à toute la Crew et en particulier aux brothers vdB. Vous avez montré à tous qu’on peut monter une belle, grande, généreuse et dynamique communauté à partir d’un lieu, et que cette communauté lui survivra dans toutes vos nombreuses initiatives. Merci pour tout ce que vous avez apporté et continuerez d’apporter à cette révolution

  19. Alex Bourlier on 25 avril 2018 at 21 h 17 min Répondre

    Merci pour tout les amis.
    Sans vous Happy Dev n’existerait probablement pas ou pas sous cette forme.
    Accessoirement, je n’aurais pas de nana non plus, ou pas sous cette forme… 😀

    Portez-vous bien.
    Bon courage pour gérer la transition, et au plaisir pour filer un coup de main si besoin.

    Mwaaa !

    1. William on 26 avril 2018 at 16 h 49 min Répondre

      Merci Alex ! On se croise bientôt, c’est sûr…

  20. Léa on 25 avril 2018 at 22 h 36 min Répondre

    Bravo pour ce projet dans le Perche. C’est vraiment génial, car on a souvent l’impression que le coworking sert surtout creuser le fossé entre ville et campagne, avec en plus l’approche ‘ »marché » forcément ce sont les espaces urbains, plus vite rentables, qui sont privilégiés.
    Vive le coworking rural !!!

    1. William on 26 avril 2018 at 16 h 47 min Répondre

      Merci Léa ! Ca va barder dans les campagnes !

  21. arasse on 25 avril 2018 at 23 h 21 min Répondre

    Bravo pour votre Travail. Vous avez su créer avec Mutinerie une réalité intéressante et alternative qui a permis à de nombreuses personnes de s »épanouir. On vous souhaite beaucoup de succès à tous pour la Suite

    Bien Cordialement et 1000 mercis

  22. Antonin TORIKIAN on 26 avril 2018 at 7 h 17 min Répondre

    Bravo pour tout ce que vous avez réalisé. On était bien chez vous. A bientôt!

    1. William on 26 avril 2018 at 16 h 43 min Répondre

      Je sens que je serai bien chez VOUS moi ! A bientôt Antonin

  23. Thierry Pigeard on 26 avril 2018 at 9 h 51 min Répondre

    😭Vous avez été un modèle, un phare (avec d’autre) pour moi quand j’ai décidé d’ouvrir un espace à Valence et entendre que vous décidez d’arrêter me fend le cœur.
    Mais les raisons de votre décision sont celles que je vis au jour le jour et la lassitude qui s’installe au quotidien me fond prendre conscience que le monde change, que nous changeons, que les coworkeurs changent et que vouloir s’adapter à tout prix n’est pas forcément la solution. Il faut faire des choix et les assumer et c’est ce que vous faites, bravo !
    En tout cas bonne route et bonne continuation à vous vers de nouveaux horizons et de nouveaux rivages à pirater !

    1. William on 26 avril 2018 at 16 h 44 min Répondre

      Merci beaucoup Thierry ! Tous vos commentaires nous donne un joie folle pour continuer à explorer …

  24. Greg on 26 avril 2018 at 9 h 59 min Répondre

    Bravo d’avoir innové, développé, évolué, tenu le coup … et finalement ‘soft landé’ pour reprioriser et ruraliser le coworking 😉

  25. Tanguy on 26 avril 2018 at 12 h 11 min Répondre

    Bon vent sur les nouveaux projets car c’est aussi cela l’esprit du coworking, se réjouir des évolutions positives pour les membres même si cela nous peine de les laisser partir.
    Et bonjour à vous, pour se croiser sur ces nouvelles aventures.

  26. Nina Shaka on 26 avril 2018 at 16 h 38 min Répondre

    Thanks for being pioneers in so many ways ! Your presence brought the new into the old, thank you for giving light to your vision and sharing it – that enriched me ! Your spirit lives on wherever you go ! Go, baby (ies), go !

    1. William on 26 avril 2018 at 16 h 46 min Répondre

      Thanks Nina ! So many great memories with you at Mutinerie… But our link does not depend on a place and we will meet again.

  27. David Réchatin on 26 avril 2018 at 23 h 01 min Répondre

    Nous avons connu la même situation avec la fin du Comptoir Numérique à Saint-Étienne en 2016 : décision difficile et douloureuse mais incontournable pour permettre l’épanouissement des autres projets. Je vous souhaite une bonne continuation.

  28. Martin Gysler on 27 avril 2018 at 12 h 13 min Répondre

    Une page se tourne … la vie du coworking, je le présentait depuis quelques temps déjà, a pris un autre tournant. Les opportunistes et autres faiseurs de business ont pris la place aux idéalistes (…). Oui, comme dit dans l’article, tout bouge et change. Cela n’empêche nullement d’avoir un opinion sur le sujet. Bon vent à vous et l’air frais va certainement vous donner de nouvelles et belles idées.

  29. Emmanuel on 5 mai 2018 at 22 h 41 min Répondre

    Merci d’avoir guidé des centaines d’entrepreneurs parisiens !

    Modèle économique, vies persos, changement d’échelle…vos constats sont partagés, votre décision courageuse.

    Bon vent pour la suite !

    Emmanuel pour l’équipe Nuage Café

  30. Treant on 26 octobre 2018 at 19 h 08 min Répondre

    Beau clap de fin.

    The future is unwritten…

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.