Il y a des mots que l’on charge de sens comme des vieilles bourriques jusqu’à se qu’ils deviennent incapables de ne plus rien transporter. Le travail est l’un de ces mots mâchés, ruminé au fil des crises et des interventions politiques. L’accès du plus grand nombre à un travail, n’importe lequel, est souvent présenté comme le sésame suprême vers la transcendance terrestre, et ressemble de plus en plus aux objectifs abscons mais sacralisés de certains régimes soviétiques. La crispation autour de l’Emploi nous empêche de poser un regard neuf sur le sens du travail.

A force d’exalter la valeur travail, on finit par défendre un travail sans valeur.

A choisir, il vaut mieux une société qui produit de la valeur, même sans générer de l’emploi que l’inverse. Le destin de l’URSS est là pour nous le rappeler. A force de fixer l’Emploi comme une finalité, nous avons oublié que le travail n’est qu’un moyen. Or, prendre un moyen pour une fin c’est adorer un veau d’or. Idole mortelle et déjà probablement mourante.

Cette vieille idole Travail forgée dans les fourneaux de la Révolution Industrielle se lézarde de toute part. Nous le constatons tous à notre échelle, les statistiques le montrent de manière évidente mais la pensée économique et politique continue de défendre une idéologie du travail qui n’a plus guère de sens dans les économies occidentales au XXième siècle.

Pourtant, ces crispations autour du travail masquent une réalité effrayante; celle d’une rupture du lien entre les activités créatrices de valeur et l’emploi traditionnel.

work means victory

D’une société de producteurs à une société de créateurs.

Le XXIème siècle et l’essor spectaculaire des technologies numériques sont en train de saper l’antique relation « sueur = valeur » qui prévalait jusque là.

Cette rude, mais juste loi qui récompense le paysan le plus bosseur et l’ouvrier le plus tenace est le coeur de la conception du travail et la base de l’organisation de nos sociétés car elle génère à la fois de la valeur et de la justice.

« Si je gagne plus que les autres, c’est que je travaille plus dur que lui ». Je travaille plus pour gagner plus. Sur ces bases, on peut certes gagner une élection mais surtout dessiner une société parce qu’une forme de justice régit le processus de création de valeur … Le problème c’est que ce lien se vérifie de moins en moins.

Dans son dernier livre « la nouvelle société du coût marginal Zéro« , Rifkin décrit comment les technologies numériques sont en train de rendre quasi-nul le coût d’une unité supplémentaire de biens et de services. « Si produire chacune de ces unités supplémentaires ne coûte rien, le produit devient donc quasiment gratuit et le profit, la sève qui fait vivre le capitalisme, se tarit » nous dit-il.

Mais qui dit coût marginal zéro d’un côté dit productivité marginale zéro pour tous ceux dont le métier n’est pas tant de créer que de produire. Dans une société au coût marginal zéro où répliquer devient gratuit, la valeur récompense désormais seulement ceux qui ont pour mission de passer de 0 à 1 ; les créateurs, mais, puisqu’il est devenu si peu couteux de passer de 1 à 100, ceux qui étaient chargés de cette tâche c’est à dire les producteurs, verront leur revenu fondre à toute vitesse. Cette classe créative, dont parle Florida est en train de s’affirmer comme la classe dominante de l’économie connectée et mondialisée.

C’est la victoire des « créatifs » sur les « productifs », c’est Stakanov mis KO par Dali !

D’autre part, derrière les communs collaboratifs de Rifkin, en dépit d’initiatives nouvelles et prometteuses, il y a de l’argent qui n’est ni commun ni particulièrement collaboratif. Il y a du capital, très classique, possédé par des actionnaires pas si différents des autres… Voir dans la société du coût marginal zéro la fin du capitalisme est sans doute un peu léger.

Enfin, même parmi les créatifs, la loi sueur = valeur n’est pas respectée. Le marché des startups obéit bien souvent à un modèle « winner takes all » ; tous sont appelés mais peu seront élus… L’échec majoritaire est inhérent au marché de l’art comme au secteur numérique. Les artistes comme les artisans du numérique savent qu’il travaillent sur un objet qui pourraient aussi bien valoir des millions que rien du tout à quantité de travail égal.

Répartir la valeur

La capacité des outils numériques à produire de la valeur est incontestable. Ils sont en train de changer le monde, mais on ne parvient pas encore à la répartir la valeur correctement entre ceux qui contribuent à la produire car notre vieux logiciel basé sur le travail salarié n’est plus adapté.

La question est désormais de parvenir à faire société dans ce monde où le lien sueur = valeur s’effrite sérieusement.

Il faut comprendre que, dans le mode d’organisation actuel, l’économie numérique est en train de produire de la valeur sans produire de justice, et que ce fonctionnement n’est pas tenable. La question est politique, presque civilisationnelle :

Nous sortons de la civilisation du travail, mais nous en sortons à reculons, et nous entrons à reculons dans une civilisation du temps libéré, incapables de la voir et de la vouloir, incapables donc de civiliser le temps libéré qui nous échoit, et de fonder une culture du temps disponible et une culture des activités choisies. André Gorz

Dans une usine, tout le monde participe aux gains de productivité ; les entrepreneurs, les ingénieurs comme les ouvriers. Même s’ils sont rémunérés différemment, ils sont les rouages d’un même ensemble. A des niveaux variables -sensés correspondre à la productivité marginale de chaque employé- chacun peut tirer profit de la création de valeur. Les syndicats, l’Etat, et les détenteurs du capital négocient ensuite les parts entre les parties de cette création de valeur.

Lorsque Whatsapp, une entreprise de 55 employés est acquise pour 19 milliards de dollars, cela signifie que 55 personnes ont produit l’équivalent de la valeur totale de la production annuelle de céréales en France !!! Nous sommes face à une décorrélation totalement inédite dans l’histoire entre création de valeur et quantité de travail nécessaire à la produire. Comment faire société dans des conditions pareilles ?

Mais on peut aussi voir les choses autrement et considérer que les millions d’utilisateurs de Whatsapp sont ceux-là même qui s’apportent mutuellement de la valeur (principe de la valeur des réseaux) les salariés de Whatsapp sont quant à eux les créateurs d’une interface de qualité mais facilement réplicable techniquement moyennant quelques milliers de dollars.

Facebook n’achète donc pas l’outil, il achète un réseau. Le réseau n’existerait peut-être pas sans l’outil, mais l’outil ne vaudrait presque rien sans le réseau.

Cette question de l’origine de la valeur entre l’outil et le réseau prend une place de plus en plus importante et représente une situation compliquée qui exigerait une réflexion profonde sur la juste rémunération de chaque partie. Faut-il payer l’oeuf ou la poule ? Nous avons tranché sans réfléchir, simplement en imitant les logiques du passé et nous avons opté pour rémunérer totalement les créateurs de l’outil plutôt que les animateurs du réseau…

Yann Moulier Boutang décrit très bien ce phénomène de « microexploitation numérique » par le biais de plateforme comme une forme de capture des fruits de la pollinisation. Il propose comme solution possible, une rémunération liée au « travail » des pollinisateurs de l’économie cognitive; ceux qui dépannent des inconnus sur des forums, qui nourrissent des pages Wikipédia, qui abreuvent internet de données nouvelles, qui donnent du sens par leurs recherches aux bases de données existantes etc.

Une chose est sûre, l’économie numérique, connectée et mondialisée ne parvient pas à dépasser sereinement la société basée sur la valeur travail. Certes, des communautés émergent, des nouveaux liens de solidarité se forgent, mais il manque à ce nouveau modèle, indéniablement créateur de valeur, une réflexion sur sa répartition et une capacité à la lier à une nouvelle forme de justice. Voici à mon sens, au delà de la crispation autour de l’Emploi, la question que les sociétés occidentales devront résoudre rapidement.

bees protest

 

Author

William

16 thoughts on “La fin de la société du Travail ?

  1. Bobby on 27 novembre 2014 at 12 h 44 min Répondre

    Merci pour ce bel article !

  2. Nicolas Monartiste on 27 novembre 2014 at 22 h 23 min Répondre

    Il faudrait que l’on puisse en discuter autour d’une bière…je suis sceptique sur de nombreux points notamment sur ce que dit Rifkin et sur l’exemple de Whatapp. Pour moi il y a un fléau qui est la financiarisation de l’économie, au sein même des start-up, créant des bulles hors de la réalité…Alors évidemment l’économie numérique crée de la valeur, mais si elle est économique, elle ne profite qu’une infime minorité de financier et non aux créatifs, qui seront les nouveaux prolétaires du web.

    1. William on 28 novembre 2014 at 16 h 14 min Répondre

      Pour Whatapp, je ne crois pas que le montant soit radicalement hors de la réalité : Ils auront bientôt 1 milliard d’utilisateurs, dont 65% l’utilise tous les jours (soit un des meilleurs taux de fidélisation du web). La croissance est énorme et la facilité de faire payer les gens. 19 milliards = 19$ par utilisateur, sur la durée de vie. Vu comme ça ça ne parait plus si délirant. Tu veux voir des infos intéressantes sur http://fr.wikipedia.org/wiki/WhatsApp .
      Ce qui fait peur, c’est le nombre minuscule d’employé et de moyens pour un usage aussi énorme. Sur la valeur, il faut en effet distinguer la valeur perçue par les utilisateurs des plateformes et services web (qui se diffuse largement et contribue à améliorer la vie des gens) de la valeur monétaire qui se concentre de plus en plus.

  3. Rastetter on 1 décembre 2014 at 8 h 43 min Répondre

    Bonjour,

    La problématique est bien posée.
    Il serait utile de mettre dans la boucle de réflexion Bernard Stiegler, l’IRI et Ars Industrialis.
    Je pense que l’IRI peut inviter des gens intéressants, par exemple :
    http://ouishare.net/en/events/rencontre-avec-michel-bauwens-et-bernard-stiegler-4c6ce850-2f64-4727-8096-0ba77668f1d4.

    Voir aussi avec Démocratie Ouverte et les forums des biens communs, en particulier celui animé par Valérie Peugeot de VECAM, chercheuse chez Orange.

    Quand les gens de Roosevelt et Nouvelle Donne s’intéresseront au numérique, les mettre aussi dans le coup. Rien à attendre malheureusement du PS ; peut être les verts…

  4. s on 1 décembre 2014 at 10 h 26 min Répondre

    Bravo pour ce bel article qui pose effectivement la fin du modèle de l’emploi. Quid du modèle de l’intermittence et d’un revenu contributif?

    1. William on 1 décembre 2014 at 11 h 19 min Répondre

      Merci S !

      Des idées comme le revenu de base sont des pistes intéressantes; le genre de proposition qui acte un nouveau rapport au travail et qui peut être justifié comme un revenu qui valorise la création de biens communs effectué par les humains hors des heures d’activité rémunérées.

      Pour l’intermittence, c’est une affaire un peu différente et complexe. Intermittence choisie ou subie ? liés à une plus grande versatilité des tâches ou moyen de contourner les lourdeurs du salariat traditionnel pour les entreprises etc. il me faudrait là aussi un article complet !

  5. Chantal P on 1 décembre 2014 at 12 h 43 min Répondre

    Article très intéressant même si parfois, un peu trop « politisé » pour moi… J’aurai aimé un langage plus « populaire ». Il est certain que notre monde est en pleine mutation, que la forme actuelle des entreprises, des associations ne correspond plus et qu’il est grand temps de re promouvoir le « Savoir Etre »… de nouvelles tendances sont déjà en place comme l’entreprise sans chefs… l’holacratie… mais comme toujours la nouveauté fait peur, lâcher son pouvoir et ses habitudes demandent du temps. A suivre

  6. Duverger Jean on 1 décembre 2014 at 15 h 50 min Répondre

    Tout à fait excellente cette analyse proposée sur la « valeur » travail. Le seul travail créatif a de la valeur, le travail productif est grandement dévalorisé…Certes, et comme le propose Bernard Stiegler, il serait utile de réserver le mot emploi, pour l’activité rémunérée qui met le salarié en position subalterne par rapport à celui qui le rémunère, et conserver le terme travail poour l’activité de création…Mais chapeau pour la qualité synthétique de cet article, très clair et précis, sans, à aucun moment, être pénible ni pédant;l

    1. William on 1 décembre 2014 at 16 h 45 min Répondre

      Merci ! Ca fait plaisir et ça encourage à continuer à écrire !

  7. Duverger Jean on 1 décembre 2014 at 15 h 57 min Répondre

    Je rajoute, que la lecture de Gilbert Simondon, philosophe français du XXe siècle apporte un éclairage complémentaire à votre approche, peut-être le connaissez vous ? Il analyse le rapport de l’homme à la machine en posant comme hypothèse que la machine elle même a une propension naturelle et irrésistible et irrépressible à s’autonomiser…Les robots vont bientôt réparer les robots, et du coup il nous faut inventer le système social qui va avec. Faute de quoi la dignité conférée par l’emploi disparait et l’injustice sociale est insupportable. Une réflexion sur le revenu universel d’existence est indispensable !

    1. William on 1 décembre 2014 at 16 h 48 min Répondre

      j’enclenche une petite recherche sur Simondon. Pour le revenu de base, on a des gens à Mutinerie qui travaillent dessus.

  8. Muriel Ighmouracène on 2 décembre 2014 at 16 h 34 min Répondre

    Merci pour ce bel article William !
    Tout au long de sa lecture, j’ai en effet pensé « revenu de base ».
    Plus le temps passe, plus ma réflexion avance, plus envisager cette solution me semble plein de bon sens…

    1. William on 2 décembre 2014 at 16 h 54 min Répondre

      Oui moi aussi … Voir le travail du groupe français sur le revenu de base dont certains membres travaillent de Mutinerie : http://www.mutinerie.org/revenu-de-base

      La difficulté selon moi, c’est d’imaginer un scénario « paisible » pour l’implémentation de cette solution qui remet en cause toute l’organisation de l’Etat et la conception même du Travail. Prochaines étapes de la reflexion sans doute …

  9. fpendino on 3 décembre 2014 at 16 h 33 min Répondre

    L’article aurait dû s’intituler : « La fin de la société de l’emploi rémunéré ? ». Car le travail n’est pas nécessairement rémunéré, et il y en a beaucoup, sous toutes formes. Attention donc à la confusion. Cela pourrait faire croire que personne ne veut plus travailler, ce qui est faux.

    1. William on 4 décembre 2014 at 10 h 01 min Répondre

      Je le dis bien dans l’article. Quand on parle de société du Travail (avec une majuscule c’est encore plus clair) cela désigne une société dont le ciment social et culturel est basé sur l’idée que tout le monde doit travailler (au sens classique du terme) pour gagner sa croute. Sur l’idée aussi que toute forme d’emploi rémunéré est nécéssairement utile et qu’à l’inverse, toute autre activité ne l’est pas (ou peu).

  10. Yop ! on 14 décembre 2014 at 15 h 46 min Répondre

    Super article effectivement !
    Une remarque toutefois sur cette assertion:
    « Nous avons tranché sans réfléchir, simplement en imitant les logiques du passé et nous avons opté pour rémunérer totalement les créateurs de l’outil plutôt que les animateurs du réseau… »

    Si l’équipe de WhatsApp s’était contentée de créer l’outil ça ne vaudrait pas tripette, comme tu le remarques toi-même. C’est bien pour leur boulot sur la croissance et l’animation du réseau qu’ils ont été grassement rémunérés, pas pour la tech.

    Mais c’est vrai que l’idée que ceux qui créent ont légitimité à capter l’ensemble de la valeur
    devient intenable et qu’il va peut-être falloir penser à rétribuer ceux qui par leur activité de consommation augmentent la valeur d’un produit.

    Dans cette société qui s’annonce où seul les créateurs feront recette (very big & very small business selon moi grâce aux plateformes collaboratives), il faudra bien en venir au revenu de base, pas seulement pour soutenir ceux qui subiront cette compétition mais tout simplement pour qu’il reste quelqu’un pour consommer ces biens et services (Cf. la baisse tendancielle du taux de profit de Marx)

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.