Nous continuons nos échanges avec les partenaires de la Freelance Fair, aujourd’hui c’est Hopwork, la startup française qui connecte déjà 40 000 freelances aux entreprises de toutes tailles. Quentin, COO d’Hopwork répond aux questions d’Antoine.

Pouvez-vous nous présenter Hopwork ?

Hopwork est une plateforme de freelances créée par des freelances en 2013. A l’origine du projet on retrouve Vincent Huguet, un entrepreneur du web, ainsi qu’Hugo Lassiège et Jean Baptiste Lemée deux développeurs java indépendants. Tous les trois étaient convaincus que les plateformes existantes ne permettaient pas de valoriser les freelances et qu’il y avait un potentiel énorme pour disrupter le marché des SSII

Hopwork est la première plateforme en France qui permet donc d’entrer directement et gratuitement en relation avec des freelances recommandés. Nous gérons aussi toute la partie administrative et financière (contractualisation en ligne, paiement, assurance etc…) pour pouvoir travailler en toute sécurité. 

Et au delà d’une plateforme, Hopwork c’est surtout une communauté de déjà 40 000 freelances qui se réunissent régulièrement dans toute la France à l’occasion d’ateliers ou de Hopdrinks !

lansquenet02

On accuse souvent les plateformes de brader les freelances en les soumettant à une pression concurrentielle terrible : comment traitez-vous cette question chez Hopwork ?

Oui c’est souvent le cas, et c’est en partant de ce constat que Hopwork a été créée, avec l’objectif d’aider à valoriser les freelances locaux (i.e. en France) ! Cet aspect local est très important sur Hopwork, les résultats de recherche sont géo localisés donc pas de risque de mettre des freelances vivant en France en compétition avec des profils offshore…

Ensuite nous avons fait un choix très important : sur Hopwork il n’est pas possible pour un client de déposer un projet. Pour des missions freelances un job board est toujours synonyme de système d’enchères inversées et de concurrence offshore. À la place les clients sur Hopwork font une recherche sur le site et sélectionnent les profils avec qui ils souhaitent échanger, comme sur Airbnb. En moyenne les clients contactent 3,1 freelances, pas 50 !

Une des plénière est consacrée aux relations freelances / entreprises. Quels sont à vos yeux, les plus grands obstacles à cette relation et comment comptez-vous les lever ?

Il s’agit principalement de craintes infondées, c’est donc très encourageant car il n’y a pas de vrais freins à la collaboration entre les freelances et les entreprises, juste une méconnaissance du monde du freelancing. Ces craintes sont de plusieurs ordres

– la fiabilité. Certains voient les freelances comme des mercenaires qui travaillent depuis une plage de bali ou qui sautent d’une mission à l’autre si on leur propose un meilleur tarif. C’est faux, les freelances sont des chefs d’entreprise avec une réputation à construire et lâchent très rarement leurs clients…

– l’aspect juridique. Encore trop d’entreprises pensent qu’embaucher des freelances les met en risque du point de vue du droit social ou du droit du travail. En fait c’est très rare, et qui plus est seuls 3% des freelances souhaitent activement revenir au salariat…

– le coût. J’entend souvent « un freelance va me coûter 2x plus cher qu’un salarié » c’est complètement faux. C’est comme dire que prendre des VTC coûte plus cher qu’acheter une voiture sans prendre en compte le coût du crédit, le coût de l’essence, du parking, de l’assurance etc. Si on compare un freelance à 400€/j par rapport à un salarié à 4000€ brut mensuel on a l’impression que le freelance coûte deux fois plus cher (400€ x 20j = 8000€) mais c’est oublier de compter : les congés payés, le matériel informatique, les charges patronales, la mutuelle, prévoyance, le remboursement des transports, les tickets restaurants, le loyer des locaux, les abonnements aux différents logiciels, le coût du recrutement (chasseur de tête, effectifs RH) etc… en vérité un freelance coûte environ 10% plus cher qu’un salarié

oies-migration

Vous êtes partenaire de cette première Freelance Fair, qu’en attendez-vous ?

Nous espérons rejoindre un événement qui va grandir d’années en années pour devenir incontournable rapidement. Nous avons fait une récente étude auprès de nos freelances il y a quelques semaines et nous nous sommes rendus compte que les freelances se sentaient souvent très seuls, peu représentés par les familles politiques, et incompris par leur entourage. Il faut changer cela et faire connaître le freelancing auprès du grand public et des entreprises. 

Pour Hopwork, la Freelance Fair c’est aussi l’occasion d’échanger avec d’autres partenaires potentiels pour offrir de nouveaux services aux freelances inscrits sur le site…

Author

antoine

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.