Les chèques déjeuner ça vous dit quelque chose ? Et bien c’est l’un des nombreux services proposés par le groupe Up pour améliorer le quotidien au travail. Historiquement engagé auprès des salariés, cette puissante coopérative commence à s’intéresser aux travailleurs indépendants. Rencontre !

Le groupe UP « conçoit des produits et services qui facilitent le quotidien de 21,3 millions de personnes dans le monde » : pouvez-vous nous donner quelques exemples ?

Historiquement tourné sur les avantages aux salariés, le groupe Up a construit une offre complète de produits et de services destinés à leur faciliter le quotidien en leur donnant accès à des avantages dans de nombreux domaines : l’alimentation (Chèque Déjeuner, notre métier d’origine), les services à la personne, la culture, les loisirs, le bien-être… ces domaines d’intervention se sont diversifiés au cours des dernières années, nous proposons aujourd’hui la mise en place d’outils de gestion des programmes publics et sociaux, des programmes de fidélisation, de gestion de frais professionnels ou bien encore de services aux commerçants. Nous sommes présents dans 18 pays dans le monde et adaptons nos solutions aux contextes économiques, sociaux et culturels de nos pays d’implantation.

Qu’est ce qui vous pousse aujourd’hui à vous associer à la Freelance Fair ?

Tout d’abord parce que la Freelance Fair n’est pas seulement un rassemblement des travailleurs indépendants. Il ne s’agit pas seulement de constater un phénomène, celui de l’émergence en nombre des travailleurs indépendants, mais d’y apporter des réponses concrètes en terme d’information, de droits nouveaux, d’organisations de solidarités.

L’intérêt que nous y trouvons part également de la spécificité coopérative du Groupe Up, notre maison-mère étant une SCOP, détenue à 100% par ses salariés. En tant que coopérative nous sommes très attentifs aux évolutions du monde du travail, à sa recomposition, à l’influence du numérique sur les nouvelles formes d’organisation du travail, aux relations sociales etc… La Freelance fair apparaît de ce point de vue comme un laboratoire à ciel ouvert des questions touchant aux travailleurs indépendants, certaines formes coopératives (CAE, SCIC, SCOP) pouvant intéresser les travailleurs indépendants, dans leur capacité à faire émerger des liens de solidarité entre les intéressés.

solidaires

En quoi le groupe UP pourrait demain faciliter le quotidien des travailleurs indépendants ?

Les formes sont nombreuses. La plus directe, en France tout du moins, serait de permettre aux travailleurs non salariés de disposer d’un certain nombre des avantages et mesures dont bénéficient les salariés. Le groupe Up peut donc tout à fait imaginer de développer, en concertation avec les intéressés, des solutions qui correspondent à leurs besoins. La question de l’attribution de chèques déjeuner pour les travailleurs non salariés est ainsi souvent évoquée, elle pourrait être avancée.

Enfin, comme évoqué précédemment, notre « fibre » coopérative nous amène à appuyer l’émergence de modèles d’association des travailleurs, et nous considérons que les formes de gouvernance et d’association des parties prenantes que représente le modèle coopératif sont particulièrement bien adaptées aux freelances.

Author

antoine

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.