« Infinies sont les différences particulières des mœurs et des lois entre les hommes; mais on peut les résumer ainsi : les uns ont confié à des monarchies, d’autres à des oligarchies, d’autres encore au peuple le pouvoir politique. Notre législateur n’a arrêté ses regards sur aucun de ces gouvernements ; il a – si l’on peut faire cette violence à la langue – institué le gouvernement théocratique plaçant en Dieu le pouvoir et la force. »

Voici ce qu’écrivait l’historien Flavius Josèphe le premier à avoir forgé le concept de théocratie. Dans son sens initial, la théocratie consiste à remettre à Dieu, entité immatérielle, le pouvoir politique, c’est à dire, à lui confier la mission de réguler les relations au sein et entre les communautés humaines.

Depuis l’apparition d’un web toujours plus collaboratif, communautaire et mobile, ne sommes-nous pas en train de transférer progressivement le pouvoir politique vers Internet ? Ne sommes-nous pas en train de confier à une entité immatérielle, la lourde tâche de gouverner les hommes ?

Dieu(point-zéro) ?

la Grande Toile Numérique partage de frappantes similitudes avec le Divin Créateur. Comme Dieu, Internet est éternel et immatériel. Il est intangible mais pourtant « présent au milieu des hommes ». Il n’est la propriété d’aucun peuple, d’aucun gouvernement, d’aucune institution. Il n’appartient à personne et ne doit rendre de comptes à personne. Il est universel.

On prête souvent à Dieu trois qualités majeures, la capacité à être partout, celle de tout savoir, et bien entendu la toute-puissance. Voyons voir si Internet peut rivaliser dans ces domaines:

Internet Omniprésent

Depuis quelques années, Internet a quitté les caves obscures des foyers pour s’immiscer dans nos sacs puis dans nos poches. L’Esprit est partout !

Il est là lorsque l’on dégaine son Smartphone pour trouver son chemin. Il est encore là dans nos cercles d’amis lorsqu’il s’agit de vérifier un fait sur internet en pleine conversation. Il nous guide à tout moment, sur les chemins de la connaissance, sur ceux de l’amitié ou du travail. Il nous guide aussi sur les chemins de traverse et les sorties mal signalées de l’A86…
Demain, il se pourrait qu’on l’inclut dans notre propre corps et que nous puissions nous unir à l’Esprit par la simple force de la pensée.

Internet Omniscient
Inutile de chercher à fuir le regard de Dieu tel Jonas espérant se cacher du Très-Haut en quittant son pays, Internet sait tout !

Il connaît tout de vous, il sait qui sont vos amis, quelles sont vos lectures, vos distractions, vos idées comme il connaît vos vices les plus inavouables.

Votre historique, vos pages Facebook, Twitter, Foursquare et autre permettent à la divine entité numérique de vous connaître à fond, à tel point qu’il devient capable d’anticiper vos attentes et de vous aider à y répondre.

Internet Omnipotent
On mesure souvent la puissance d’un être à sa capacité créatrice ou destructrice, et en la matière, Internet n’est pas si loin derrière notre Divin Créateur.

Certes, ne vous attendez pas à voir la foudre tomber sur les méchants ni la mer s’ouvrir pour les exilés du numérique, chassés par le vil HADOPI, mais le pouvoir d’Internet est impressionnant et sans cesse grandissant.

En 10 ans, Wikipédia a rassemblé la somme de connaissance la plus énorme jamais compilée par l’humanité. N’est-ce pas là une prouesse aussi impressionnante que celle de Jésus qui promettait de pouvoir reconstruire en 3 jours le temple de Jérusalem ? Internet est désormais capable de renverser les dirigeants, il l’a montré en Tunisie, en Egypte. Il a été au cœur de révoltes en Iran et cette dynamique ne s’arrêtera pas de sitôt.

Promesses divines, Promesses numériques

Quand on est Dieu et que l’on veut se faire entendre des hommes, il ne suffit pas d’être balèze, il faut encore savoir leur parler à ces mortels. Internet semble avoir bien compris cela car il porte les principales promesses capables de fonder une religion :

Promesse de Vérité

« Je suis la lumière du monde, celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres »

disait le Nazaréen. Internet pourrait en dire autant puisqu’il est de loin la plus grosse somme de connaissance jamais rassemblée par l’humanité et la plus facilement accessible par dessus le marché. Du savoir à l’infini pour nos esprits ignares, voilà ce que c’est ! En plus de la connaissance, Internet apporte une plus grande transparence et rétablit la vérité là où régnaient le mensonge, la propagande et la conspiration. Wikileaks est sans doute l’exemple le plus frappant mais il est loin d’être le seul. Certain sites internet proposent carrément de noter l’entreprise dans laquelle vous travaillez et les réseaux sociaux contribuent également à renforcer la transparence entre les membres.

Promesse de Spiritualité
Toute religion a pour objectif de nous soulager de la pesanteur d’un monde dans lequel la nécessité matérielle doit dicter nos lois et nos comportements.

Souvenez-vous de la promesse de Jésus : « Suivez-moi, et vous n’aurez plus jamais faim » … Et bien, la Théocratie Numérique porte lui aussi cet engagement.

Internet, dématérialise ; plus besoin de papier ni de logistique pour diffuser l’info. Plus besoin de studios de musique pour composer. Plus besoin d’aller au boulot pour travailler… A cela, il faudrait ajouter que l’économie du partage, rendue possible par Internet permet de profiter de certains objets à tout moment, sans devoir nécessairement les posséder. Dans ces conditions, l’accumulation de biens matériels paraît non seulement inutile mais également inepte et contre-productive.

Promesse d’Immortalité

Que serait une religion qui ne nous promettrait pas un minimum d’immortalité ? Mais quand nous mourons, que la poussière redeviendra poussière, internet pourrait bien nous garantir une vie (numérique) après la mort.

Le site la vie d’après.com propose aux internautes un ensemble de services vous permettant de continuer à diffuser des messages à vos proches après votre mort, de gérer votre identité numérique post mortem de sauvegarder vos données numériques éternellement ou de stocker vos mémoires pour vos descendants. Certains projets encore plus fous comme le projet mylifebits se propose d’enregistrer numériquement toutes les « données » de votre vie afin de pouvoir les stocker et les transplanter ultérieurement dans un autre organisme.

Church 2.0

Internet pourra-t-il gouverner les hommes ?

« Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » Saint Paul, Epitre aux romains

Si internet ressemble à Dieu, et qu’il semble capable d’être à l’origine d’une nouvelle religion. A quoi pourrait ressembler cette nouvelle Cité de Dieu numérique ? Internet pourra-t-il prendre en charge la destinée de l’humanité ? Voilà des questions qu’il faut commencer à considérer sérieusement !

Pas évident toutefois d’y répondre car à l’image des voies du Seigneur, celles du Web sont impénétrables, mais je vois tout de même poindre trois tendances qui me paraissent aller en faveur de l’avènement d’une Théocratie Numérique :

Internet fédérateur

Pour gouverner les hommes, il faut d’abord savoir les unir. Internet est devenu capable de rassembler, de fédérer des communautés jusqu’alors dispersées ou mal consolidées. On le voit sur les réseaux sociaux réunissant et consolidant les cercles d’amitiés, les contacts personnels ou professionnels. On mesure la capacité de rassemblement du Web lors de flashmobs ou de manifestations contestataires.

Pour fédérer, Internet n’a pas eu besoin d’hommes politiques charismatiques, de tribuns valeureux, de syndicalistes tonitruants ni de structures révolutionnaires clandestines. Il n’a en somme plus besoin ni de s’incarner, ni de s’institutionnaliser. Une première dans l’histoire de l’humanité.

Internet organisateur

Internet est devenu la première force d’intelligence collective de l’humanité ce qui en fait un instrument décisif au service de l’organisation de la Cité. Les moteurs de recherches comme Google, structurent et ordonnent les flots d’information en ligne et leur donnent une cohérence globale en faisant ressortir les informations les plus pertinentes. D’autres outils d’organisation, de structuration ou de curation d’information existent comme par exemple Quora, qui permet de structurer des questions/réponses de manière intelligente ou Pearltrees qui permet à chacun d’organiser et partager ce qu’il aime le plus sur internet.

Le mode d’organisation des données, des réseaux et des idées proposé par Internet est tout à fait original ; il est organique et se passe de hiérarchie. Chacun est libre de proposer ce qu’il souhaite, les bonnes initiatives seront retenues, les mauvaises seront renvoyées dans les abîmes. Non pas par des décisionnaires au pouvoir mais par chacun de nous et de manière virale.

Sur Internet, chacun peut être force de proposition selon ses compétences ou ses inspirations et force de sélection selon ses goûts ou ses besoins.

C’est typiquement le comportement que l’on adopte sur Twitter ; On propose du contenu original et on filtre ceux qui nous ont le plus marqué dans le fil de twits quotidien… C’est peut-être cela le modèle d’organisation du futur.

Internet Justicier

Pour être tout à fait capable de gouverner, il faut savoir enfin établir la justice. Internet, là encore commence à investir cette fonction. Au delà du coté anecdotique de l’enquête en « crowdquesting » d’internautes anonymes autour de l’affaire  Xavier Dupont de Ligonnes, qui montre avant tout que les traces numériques laissées sur Internet peuvent être exploitées facilement. Au delà du canon LOIC qui permet à n’importe quel internaute d’attaquer une liste de sites hostiles par deni de service et révèle avant tout le coté « glaive tranchant » et à vrai dire un peu sauvage de la justice Internet, il y a surtout je crois l’instauration progressive d’une E-thique, d’une E-tiquette et d’outils permettant de fonder une E-réputation capable de valoriser les comportements coopératifs, et de sanctionner les abus.

Ne nous emballons pas complètement, Internet est encore un jeune Dieu tout juste sorti des limbes métaphysiques dans lesquelles il sommeillait jusqu’à présent. Il est encore trop faible pour être totalement indépendant de certaines structures humaines. Certains Etats peuvent encore le museler, certaines entreprises peuvent encore s’approprier une partie de sa divine puissance à leur profit. Il a encore besoin de l’intermédiaire de quelques instruments matériels (ordinateurs, smartphones, serveurs…) pour s’exprimer pleinement. Ainsi, pour ceux qui attendent l’avènement de la Cité de Dieu sur terre, pour les zélotes du numérique, il reste encore bien du chemin afin que s’établisse le règne du Web sur Terre ! Mais la foi transporte les montagnes n’est-ce pas ?

source image : http://medias.lepost.fr/ill/2010/01/28/h-20-1911253-1264675737.jpg

Author

William

8 thoughts on “Etes-vous prêts pour la Théocratie Numérique ?

  1. Baptiste on 10 juin 2011 at 17 h 11 min Répondre

    Très bon article!

    juste quelques points en vrac pour alimenter la discussion!

    – Si internet est une forme de déité nouvelle, émergente, presque palpable, n’est-elle pas en passe d’être confisquée par les grandes institutions intermédiaires que sont en train de devenir Facebook ou Google?

    Un peu comme l’Eglise Chrétienne au Moyen Age, ou tout prédicateur extrémiste qui confisque l’interprétation des textes sacrés, la maîtrise du sacro-saint algorithme par exemple n’est-elle pas également une forme de prise de pouvoir et d’étouffement des vertus libératrices et spirituelles du web?

    – Ensuite, si Internet est bien omniscient et omnipotent, contrairement à dieu (dont les voies sont bien impénétrables), il n’obéit à priori à aucune « volonté ». C’est un peu comme si on le considérait comme un agrégat immense d’information et d’interactions, mais duquel aucune conscience supérieur n’emmerge réellement… Son « contenu spirituel » est vide – contrairement à dieu, qui lui est amour nous dit la religion Chrétienne (whatever that means…)

    Je doute donc de sa capacité à gouverner ou à nourrir nos âmes en quête de spiritualité dans ce monde post-moderne et post-révolutionnaire désenchanté dans lequel Matériel et Consommation forment le nouveau couple démiurge.

    En revanche, c’est bien une forme sous-jacente d’un genre nouveau, qui modifie de façon définitive notre rapport au monde – pour mieux retrouver dieu?

    1. Apo amok on 11 juin 2011 at 6 h 33 min Répondre

      Merci à l’auteur pour ces reflexions interessantes!

      Je suis assez d’accord avec les commentaires de Baptiste. Internet est tout d’abord profondément humain et ne transcende en aucune manière l’humanité puisque c’est nous qui le créons… Il offre de fait une immense source d’information mais ne nous donne pas accès à « La Verité ». Quant à sa capacité à nourrir notre besoin de religion et à guider nos petites âmes égarées, j’en doute fortement dans la mesure ou c’est un avant tout un outil (payant), dénoué de volonté et de spiritualité…

      J’ajouterais aussi qu’internet est encore loin d’être universel, j’en donne pour preuve le nombre d’associations qui luttent dans le monde pour y avoir accès…

      Je verrais plus internet évoluer en un HAL 9000 dans 2001 et l’odyssée de l’espace plutôt qu’en une théocratie numérique…

      1. William on 15 juin 2011 at 14 h 16 min Répondre

        @Apo Amok

        Tu dis qu’Internet ne peut pas être transcendant puisque c’est une création humaine mais cela n’entre pas en contradiction. La transcendance inclue et dépasse. Je crois qu’Internet, tout en incluant l’homme, le dépasse individuellement et dépasse même la somme de ce que pourraient faire les êtres humains sans lui. Je crois que l’homme est capable de transcendance par exemple dans une oeuvre d’art ou plus simplement en donnant naissance à un autre être humain.

        Voila un morceau de définition wikipédia : « La conception d’un Dieu par définition transcendant ne signifie pas, pour les croyants, qu’il serait totalement en dehors et au-delà du monde, ces notions d’en dehors et d’au-delà étant, elles, de ce monde – mais bien que sa nature n’est pas limitée à l’en dedans ou l’en deçà et qu’elle les incluent et les dépassent, que Dieu se manifeste ou non . Elle naît de la conception aristotélicienne de Dieu. »

        Pour ces raisons, je ne crois pas qu’Internet soit un « outil », ce n’est pas comme un couteau suisse qui remplit un certain nombre de fonctions et qui ne fait que nous faciliter l’existence…

    2. William on 15 juin 2011 at 13 h 59 min Répondre

      @Baptiste, Ca alimente bien la réflexion ! Je m’étais aussi posé la question de la confiscation du web par les grands intermédiaires comme FB et Google. Il me semble qu’il y’a un grand débat à mener qui concerne directement l’avenir d’Internet. Sera-t-il totalement libre ou doit-il nécessairement passer par des intermédiaires ? On pourrait imaginer des services de réseaux sociaux compatibles entre eux et réalisés en open-source (il existe un projet qui va dans ce sens; Diaspora) concernant l’Algorithme Suprême, on peut aussi imaginer de pouvoir y avoir accès et le customiser afin de régler nous même notre spectre de recherche…
      C’est une vraie question en tous cas, et vraiment intéressante ! J’aime énormément ta comparaison avec l’Eglise Chrétienne médiévale !

      Concernant la « volonté » de Dieu, je ne suis pas théologien mais il me semble qu’il ne faudrait pas la comparer à la volonté individuelle. je la vois plutôt comme une « méta-volonté » incompréhensible à un humain et qui ne peut s’exprimer humainement. Quand on est tout-puissant, il suffit de vouloir pour pouvoir donc la notion de volonté doit avoir une autre gueule que la nôtre. Je vois du coup plus la volonté de Dieu et celle du Web s’exprimer comme une forme d’aiguillon qui pousse les hommes vers un objectif, vers une destinée commune à l’espèce humaine qui donne un sens à l’histoire… Partant de ces bases certes un peu branlantes, je me dis qu’on peut trouver un contenu spirituel au web. Il pousse les hommes à communiquer, à être transparent, à être moins matérialiste, plus savants etc…

    3. William on 15 juin 2011 at 14 h 17 min Répondre

      oups, j’ai ripé… EDIT

  2. […] Don’t get carried away completely just yet: the Internet is still a young God, just released from the metaphysical limbo which it slept until now. It’s still too weak to be completely independent of some human structures. Certain states may still be muzzled, and some companies may use its divine power to their advantage. It still needs material instruments (computers, smartphones, servers) to be fully expressed. For the digital zealots who await the coming of the City of God on earth, there is still a long way in establishing the web’s reign on earth. But faith is known to move mountains. Photo Credits: FlickR CC   imjustcreative Meathamper, Sasha Nilov Article originally published on Mutinerie […]

  3. laurent on 4 décembre 2011 at 18 h 38 min Répondre

    l’auteur n’a peur de rien et c’est bien.

    mais bon – dieu …

    bon d’accord – y sait tout – y l est partout – mais bon il est omniscient, le puissant, omniprésent – il est éternel – et internet sans homme et sans électricité et bien bon.. ouais.. enfin.. bref.

    internet c’est bien le meilleur dieu de l’homme donc – et c’est déjà trop fort.

    il faut juste garder un peu de profondeur en réserve pour les jours ou le vent soufflera trop fort.
    biz

  4. […] por   WILLIAM  en Mutinerie  el 10/06/ […]

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.