La rentrée est arrivée et vous vous demandez ce que vous faites encore dans un emploi dont le sens vous échappe ? La reprise est là et la perspective d’une année supplémentaire dans la routine professionnelle vous ramollit d’avance ? C’est le signe qu’il est temps de changer ! Ce n’est pas si difficile que cela ! Aujourd’hui Mutinerie vous donne quelques bonnes pratiques pour passer du salariat à l’indépendance…

1 : J’arrête de m’en faire une montagne !

Nombreux articles brossent des portraits glorifiés de l’entrepreneur ou du travailleur indépendant, ces nouveaux héros des temps modernes dotés de toutes les qualités; énergie et vision, courage et autonomie, capacités de persuasion et de gestion … C’est très touchant mais bien loin de la réalité ! Ces articles caricaturaux donnent une fausse idée des travailleurs indépendants. En fait, c’est comme partout, il y a de tout !

C’est vrai que la vie d’indépendant n’est pas une sinécure et elle n’est sans doute pas adaptée à tous. Pour autant, l’observation durant 5 ans de la vie de centaines d’entrepreneurs et d’indépendants me fait penser qu’elle est plus accessible qu’on ne le croit.

Au delà des startups aux modèles effectivement risqués et demandant un investissement colossal en temps, en argent et en stress, de nombreux métiers d’indépendants sont possibles sans forcément prendre des risques inconsidérés.

Le système social français permet souvent de pouvoir bénéficier d’un revenu pendant une période assez longue. Profitez-en pour tester la vie d’indépendant et n’ayez pas peur du « trou dans le CV » en cas d’échec. Ce que vous apprendrez vous rendra plus fort sur le marché du travail !

crossroad2 : J’identifie les compétences que je pourrais valoriser

L’une des réflexions qui revient le plus parmi mes amis salariés qui souhaitent devenir indépendants est « Mais qu’est-ce que je pourrais bien avoir à proposer ? Et puis, je n’ai pas d’idées précises ». Je trouve étonnant que ces gens, en grande majorité très talentueux, soient dans une telle ignorance de leurs talents !

Il y a les compétences « dures » directement valorisables ; un outil que l’on maitrise, un domaine d’expertise… Si vous faites un bilan, ne vous limitez pas aux compétences de votre emploi. Vous avez sans doute appris bien d’autres choses ailleurs qui peuvent tout à fait être utilisables.

Et il y a aussi des compétences qui servent à tout mais ne fonctionnent pas toutes seules. Elles sont tout aussi importantes, mais interviennent au moment où l’on se pose la question du comment. Et ne négligez pas cette question !

Au delà des compétences, identifiez également vos qualités personnelles et vos appétences. Si vous trouvez une activité qui combine qualité, compétences et appétences, vous êtes sur la bonne piste…

3 : J’active mon réseau

Le réseau est l’une des clés essentielles lorsque l’on entame un chemin en indépendant. Avec quelques contrats assurés et des leviers de contacts dans des secteurs utiles, vous aurez fait un grand pas dans votre transition.

Le networking, c’est encore un mot qui fait peur… On s’imagine devoir faire des génuflexions mielleuses à quelques personnages importants, des mondanités ennuyeuses autour de petits fours. En fait, ce n’est pas du tout ça !

Un réseau qui marche bien est un réseau qui génère des opportunités et de la séréndipité. C’est tout !

Certains sont des chasseurs, doués pour traquer activement les contacts stratégiques, d’autres sont des pêcheurs qui laissent trainer quelques lignes dans leur sillage en attendant qu’un poisson y morde. Certains préfèrent un réseau étroit et dense, d’autres un réseau vaste mais moins intensif. Peu importe ces préférences tant que le réseau vous amène des opportunités.

Rendez vous à des évènements précis, où vous pourrez rencontrer des gens dans de bonnes conditions, pas pour errer sans but dans des conférences. Créez un blog, organisez un événement, rejoignez une association, bref, mettez le pied à l’étrier.

Soyez actif, demandez des conseils, aidez les autres, remerciez, parlez… Vous n’êtes plus salarié, vous ne pouvez pas vous contenter de faire ce qu’on vous demande. Vous voulez qu’on vous identifie sur tel domaine.

4 : Je rejoins un espace de coworking.

Oui, je prêche pour ma paroisse mais c’est parce que je suis bien placé pour connaître l’effet du coworking sur les personnes qui se lancent dans une nouvelle aventure professionnelle !

 Un espace de coworking est un outil parfait pour faire votre transition. Du jour au lendemain, vous vous retrouverez entourés de travailleurs indépendants et partagerez avec eux leurs approches, leurs méthodes, leurs problématiques et une partie de leurs opportunités.

C’est ce qu’il vous faut pour mettre le pied à l’étrier et pouvoir vous dire « j’ai vraiment un boulot » !

Quand on vient de se lancer en indépendant, il y a toujours une période de flottement, une sorte de vertige où d’un coté, tout est possible et de l’autre, on ne sait pas par quel bout commencer. Dans ces moments, si l’on commence à se relacher, si l’on ne se donne pas une certaine discipline, on risque de basculer dans une forme d’inertie déprimante et improductive. Un espace de coworking permet d’avoir ce cadre et cette discipline indispensable.

5 : Je me forme

Parmi nos coworkers, j’en connais un qui est un véritable expert en « transitions radicales » et qui, en quelques années a exercé des métiers aussi différents que gérant d’une agence de voyage, cuisinier et développeur web ! Il a toujours su se reconvertir intelligemment par des formations qui rendent très vite opérationnelles.

Il est rare qu’on ait dès le début, toutes les compétences en main pour ce lancer, mais cela n’est pas souvent un problème insurmontable.

La plupart des salariés maitrisent bien un métier principal mais n’ont pas toujours dès le départ, la polyvalence indispensable à la vie d’indépendant. Et bien cela s’apprend ! Et de plus en plus facilement.

La formation continue est un enjeu majeur dans un monde du travail en perpétuelle évolution. Les MOOCs et les formations fleurissent un peu partout et dans presque tous les domaines. A Mutinerie, nous avons identifié ce besoin depuis longtemps et avons lancé Mutinerie School, notre organisme de formation qui a accompagné plus de 1200 personnes vers plus d’autonomie.

Et puis, il y a Internet, avec ses mines d’or de tutoriels, de forums et de savoir. Pour une personne débrouillarde, qui sait où chercher, il est possible de devenir expert dans de nombreux sujet, chez soi, et en quelques semaines.

 

Mutinerie School cours6 : Et pourquoi pas suivre un programme d’accompagnement à la transition ?

Si vous doutez encore de votre capacité à gérer votre transition professionnelle ou que vous voulez limiter la durée de cette transition, il existe désormais des solutions.

Nos amis de Switch Collective proposent des programmes d’aide à la transition de très grande qualité. Ils accompagnent chaque année toujours plus de personnes vers un changement de cap permettant de retrouver du sens dans sa vie professionnelle.

N’hésitez pas à faire un tour sur leur site internet et découvrir les différents programmes.

 

 

Author

admin

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.