Récemment, Le Monde publiait un article intitulé « espaces de coworking, le trop-plein » qui faisait état d’une crise de maturité dans le secteur du coworking. Ce sentiment est partagé par de nombreux acteurs historiques qui font face à la fois à une concurrence accrue et à une baisse de l’effet de mode autour du coworking.

Le coworking se banalise. Des espaces ouvrent, d’autres ferment, le secteur se structure, des gros acteurs investissent le marché, bref, l’ébullition pionnière est retombée et le réel a fait son entrée. Certains y voient un signe d’essoufflement du coworking, pour ma part, j’y vois avant tout la conséquence du succès formidable d’un pari lancé par quelques pionniers il y a moins de dix ans !

Le coworking est devenu un mot fourre-tout

Il y a un peu plus d’un an, Mutinerie publiait un article sur les dangers du mainstream dans le coworking qui se concluait sur cette phrase :

L’exploration du futur nous emmènera peut-être à dépasser ce terme de coworking, mot vague qui à force de recouvrir trop de réalités pourrait aussi bien tout dire que ne plus rien signifier. Dans tous les cas, la réponse à la normalisation du coworking, c’est d’aller vers l’avant sans viser le consensus à tout prix !

C’est vrai le coworking est devenu un mot fourre-tout. Sous cette bannière se rallient désormais des choses très différentes, de l’enrobage corporate le plus raz-des-pâquerettes à l’affirmation d’un idéal pur et parfait. Mais tout cela n’est qu’une conséquence inéluctable d’un mouvement qui mature et se généralise…

Au fond, un mot n’est qu’un véhicule qui sert à transporter des idées. Mon sentiment est que le véhicule commence à avoir du mal à monter les cotes à force d’avoir été chargé comme un baudet. Désormais, il est temps de préparer l’extension du domaine de la lutte…

aaa

Le coworking a gagné, il n’a plus besoin d’exister

Il y a 7 ans, quand nous lancions Mutinerie, nous avons eu une vision ; créer un collectif de liberté, de rencontre et de mutualisation pour entreprendre sans être tout seul, pour être libres ensemble ! L’idée de créer un lieu où les indépendants, les freelances, les entrepreneurs et les salariés mobiles nous était venue avant même que nous découvrions qu’elle avait été formalisée et unie sous la bannière de ce mot de coworking. Notre joie est de voir que cette vision s’est révélée pertinente, qu’elle parle désormais à une immense partie des travailleurs indépendants mais aussi à des entreprises, de la jeune startup aux grands groupes.

Faire du coworking n’a jamais été la finalité. La finalité, c’est l’amélioration des conditions de travail et de vie des indépendants. La finalité c’est de générer les conditions du succès et du bonheur pour cette catégorie de travailleurs qui jusqu’alors souffrait en silence. La finalité, c’est de générer du commun dans un monde si individualiste, de générer de la confiance dans un monde si parano, de la durabilité dans une société si court-termiste.

        Il reste bien sûr beaucoup de combats à mener. Mais le coworking n’est qu’un élément du combat. Celui-ci s’étend désormais aux organisations traditionnelles, aux réformes du droit du travail et de la protection sociale… Elle passe par d’autres éléments que le lieu physique ; elle touche par exemple aux enjeux de la formation continue des indépendants, par la création d’outils ou de plateformes qui intègrent et incluent plus facilement ces nouveaux travailleurs ou par l’extension de l’esprit coworking à d’autres secteurs.

Les prochaines étapes et les prochains champs d’exploration

Il est bien plus intéressant de regarder vers l’avant, de déchiffrer le futur du travail, d’essayer d’améliorer le quotidien des indépendants, de garder un esprit pionnier authentique car là où se situe l’attention n’est pas toujours là où se trouve l’innovation.

Si le mot coworking est un peu usé, on ne peut pas en dire autant des nombreux sujets connexes. De nombreux chantiers s’ouvrent et s’annoncent passionnants ;

Comment vont évoluer les tiers-lieux ? Des collectifs ou des réseaux d’indépendants vont-t-ils se généraliser ? Quels modes de fonctionnement adopteront-t-ils ? Comment les méthodes du coworking pourront-elles gagner les grandes entreprises ? Voilà quelques questions parmi tant d’autres qui méritent toute notre attention !

Author

William

4 thoughts on “Le coworking est mort, vive le coworking !

  1. Sandra on 27 février 2018 at 12 h 38 min Répondre

    Bonjour
    J’aime beaucoup la phrase « là où se situe l’attention n’est pas toujours là où se trouve l’innovation « . Et je partage. C’est pour ça qu’il est important que des mutins excavent les pépites encore dans l’ombre. Car si aujourd’hui la lumière et l’attention se portent sur cette vision de mutualisation plus généralement partagée, c’est qu’il y avait bien un appel de l’ombre à une prise de conscience 🙂
    Hauts les chantiers suivants !! :))

    1. William on 27 février 2018 at 13 h 32 min Répondre

      Merci Sandra ! Ça donne du courage pour continuer à excaver les profondeurs.

  2. La Pool on 27 février 2018 at 18 h 55 min Répondre

    Bonjour Chere Mutinerie,
    Je partage votre analyse sur la nécessité d’aller inventer d’autres choses. Mais s’il faut inventer, innovons aussi dans l’imagerie du « coworking,/ bonheur au travail /super ambiance / c’est trop cool ici, ….etc ».
    Par exemple, la photo d’illustration de votre article. Si je m’en tiens au visuel, on voit deux femmes qui se parlent en souriant, hyper détendues, alors qu’un homme est entrain de téléphoner à côté. Si vous testez cette situation dans la vraie vie, c’est en vérité tres pénible et vous ne souriez pas béatement car les personnes qui parlent en même temps se parasitent (en tout cas moi je n’y arrive pas). Et ces bureaux « purs », « rangés », comme s’il n’y avait jamais de factures, de mise en recouvrement, de dossiers « chiants »,….Pourquoi on ne voit que ce types d’images? Donc, oui oui oui bienvenue à l’invention, jusqu’au bout! La Pool

  3. malizine on 5 mars 2018 at 17 h 21 min Répondre

    Excellente décision de votre entreprise, en toute logique le modèle de 9h-18h au bureau devrait logiquement évoluer dans les entreprises digitales dans les années à venir. A lheure du tout digital cest complètement possible comme ton exemple le montre. Via les messageries instantanées et Slack cest gérable. Malgré ce que beaucoup pensent ce modèle permet selon moi de gagner en productivité car comme tu lexpliques on peut se créer des conditions de travail optimales, que lon préfère travailler depuis chez soi ou depuis un espace de coworking. A défaut de télétravail des entreprises proposent du moins des bureaux aménagés avec différentes atmosphères permettant de sécarter du traditionnel open space. De plus on commence la journée de meilleur pied lorsquon sévite les longs transports ce qui joue également sur la productivité selon moi!

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.