Mutinerie fait le point. à la ligne_

2012 dans notre sillage, nous voilà sur les eaux nouvelles de 2013. Mais où va Mutinerie ? Quelqu’un est-il seulement au courant ? Pour en savoir plus, nous vous convions dimanche 20 janvier à 16h au bien nommé Baroc’ pour un goûter glissant.L’occasion de faire un bilan de l’année écoulée et de vous présenter les nouveaux projets de Mutinerie.

Continue Reading

Mutinerie fait le point

2012 dans notre sillage, nous voilà sur les eaux nouvelles de 2013. Mais où va Mutinerie ? Quelqu’un est-il seulement au courant ?

Pour en savoir plus, nous vous convions dimanche 20 janvier à 16h au bien nommé Baroc’ pour un goûter glissant.

L’occasion de faire un bilan de l’année écoulée et de vous présenter les nouveaux projets de Mutinerie.
+ Présentation en avant première du nouveau site internet
+ Mystérieux film scandinave sur Mutinerie
+ Viennoiseries, Concerts & Cabrioles

N’hésitez pas à venir (bien) accompagné(e)s.

MUTINERIE, IVRES ENSEMBLE

Paris, capitale européenne du coworking

Les 8, 9 et 10 novembre, pour la première fois, Paris accueillait la conférence européenne du coworking réunissant la communauté européenne et mondiale des acteurs du mouvement; près de 300 personnes venues de plus de 30 pays différents. Difficile d’imaginer un meilleur endroit pour nous recevoir que La Bellevilloise, une ancienne coopérative ouvrière fondée aux lendemains de la Commune et qui, 130 ans avant nous, imaginait déjà de nouvelles manières de travailler, de produire et de consommer. Nous entamons 3 jours de conférences, d’ateliers, de visites et de fêtes informelles …

Continue Reading

Des Espaces et des Idées

Je me suis souvent demandé pourquoi certains espaces, certaines villes ou certains territoires ont vu naitre tant d’idées nouvelles ou d’innovations en tous genres. Pourquoi certaines entreprises ont été, ou sont encore des terreaux à idées tandis que d’autres apparaissent incapables de proposer de véritables nouveautés? On pense à Athènes, cette cité si petite par sa taille mais dont la fécondité fut absolument stupéfiante à tous les niveaux (philosophiques, politiques, religieux, scientifiques …) au point qu’elle irrigue encore notre époque.

Continue Reading

Mutinerie (re)pose ses valises

C’est avec une joie non dissimulée que nous vous annonçons que nous avons signé jeudi 15 décembre notre nouveau bail ! Après de longs mois d’errance et d’itinérance, nous posons nos bagages dans un espace d’environ 400 m2 situé au 29 rue de Meaux, (Métro Colonel Fabien, Bolivar et Jaurès) à côté du canal Saint Martin et du parc des Buttes Chaumont.

Les plans du futur espace ont été concoctés et mûrement réfléchis, les travaux ont déjà commencé et nous faisons le maximum pour ouvrir au plus tôt, dussions-nous passer quelques nuits dans le plâtre… Nous prévoyons une ouverture officielle entre fin février et début mars. D’ici là, nous vous tiendrons informés des prochaines évolutions via la newsletter.

Nous profitons de ce billet pour remercier celles et ceux qui nous ont soutenus, aidés et inspirés durant ces derniers mois, que ce soient les lecteurs du blog et leurs messages d’encouragement, les gens rencontrés lors d’évènements divers, les membres de la communauté mondiale du coworking et bien évidemment les mutins de la première heure…

Ces derniers mois ont été riches d’histoire, de rencontres et d’enseignements. Mutinerie en sort grandie, murie; elle a gagné en force et en sagesse. Cette période itinérante a également été l’occasion de nous rendre compte à quel point nous avions nous-même besoin d’un espace pour partager avec vous nos idées, nos valeurs, nos projets. Nous nous réjouissons de vous accueillir bientôt. Ca va barder !

En même temps que l’ouverture de ce lieu, nous vous annonçons la mise en place d’une newsletter officielle qui nous permettra de vous tenir au courant des actualités et évènements mutins. Pour vous inscrire c’est par ici ! Nous serions ravis de vous compter parmi nos abonnés.

 

 


Les valeurs du Coworking 3/5 : Ouverture

Aujourd’hui, Mutinerie continue à farfouiller dans les valeurs fondamentales du coworking. Après avoir passé en revue les valeurs de durabilité et le communauté, nous vous proposons un petit zoom sur l’ouverture suivant la piste tracée par Alex Hillman.

Qu’est-ce que l’ouverture dans le contexte du coworking ? Je crois que cela recouvre 3 choses essentielles ; d’abord, c’est une relation entre des flux entrants et des flux sortants nécessaires à faire vivre et grandir un système ouvert. C’est un mode de fonctionnement basé sur des données ouvertes et c’est un état d’esprit, une attitude par rapport au hazard et aux autres.

Donner-Recevoir

« Quand je pense à l’ouverture, je pense au corps humain »explique Chris Messena dans une interview. « Il ne peut subsister et se développer que grâce à son ouverture ». Le corps humain est un système ouvert: il a besoin d’oxygène, et de nutriments. Il absorbe et il rejette. Il a besoin de partenaires pour se reproduire. Dans un système ouvert, fait d’éléments entrants et d’éléments sortants, il est fondamental que les échanges soient équilibrés. Si les flux sont déséquilibrés, la cohérence et la pérennité de l’ensemble s’en trouveront menacées.

Ceux qui créent des espaces se nourrissent en permanence des apports de ceux qui les ont précédés sur cette voie et qui leur ont livré leurs connaissances précieuses, mais ils ne doivent pas oublier de rendre à la communauté ce qu’ils ont eux-mêmes appris.

Chacun doit être également disposé à recevoir et à donner aux autres.

C’est par ce moyen que nous pourrons tous continuer à progresser ensemble, à s’enrichir mutuellement et à conserver la cohérence du mouvement. Pour garantir cette réciprocité, la communauté doit veiller à reconnaître et à valoriser ceux qui contribuent à la collectivité. Elle doit être composée de membres dotés du sens de l’honneur en étant capable de tenir les « passagers clandestins » hors de ses murs.

Open source

Lorsque l’on parle de software, l’open source désigne la capacité d’utiliser des éléments du code du logiciel pour en fabriquer un nouveau ou améliorer l’ancien. Si l’on applique cette logique au coworking, comme aux autres projets qui ne peuvent se programmer en lignes de codes, la source, ce sont les expériences accumulées, les idées mises en pratique et les valeurs qui ont motivées les actions.
Si le coworking a pu devenir un phénomène mondial, c’est grâce au fait que, dès le début, les premiers créateurs d’espace ont eu à cœur de partager leurs expériences, leurs idées, leurs valeurs et ont laissés d’autres personnes utiliser ce capital pour fabriquer leurs propres versions.

Quand on créé un espace, l’accès au « code-source » du coworking permet à chacun de partir de n’importe quel niveau du code et d’y rajouter ses propres spécificités en fonction de ses valeurs, de ses expériences et de ses idées.

Les données et les spécificités de l’offre sont eux aussi des éléments du « code-source ». C’est pourquoi il est important pour un espace de coworking d’avoir une offre claire, simple et lisible. Son mode de fonctionnement doit être accessible et compréhensible par tous.

Sérendipité

L’ouverture, n’est pas seulement une ouverture des données ou un partage d’expérience, c’est aussi une attitude envers les autres et les événements, une disposition d’esprit favorisant la sérendipité. La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue grâce au hasard et à l’intelligence, au cours d’une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte.

On peut avoir des idées précises sur la façon dont on imagine son espace mais cela ne doit pas empêcher de rester ouvert aux idées nouvelles et de s’adapter en conséquence, quitte à évoluer considérablement.

Christophe Colomb a découvert l’Amérique en cherchant les Indes. Peut-on en conclure qu’il s’est complétement planté et que son expédition a été un échec ?

Certains coworkers finiront peut-être par réaliser un projet très différent de celui qu’ils avaient prévus en venant la première fois. Cela est très positif tant que les valeurs sous-jacentes trouvent un moyen d’expression ! Comme disait Alfred de Musset : « qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! »

Consulter les autres articles de la série :


Coworking : 5 atouts français

Individualisme, conservatisme, aversion au risque, culte du secret professionnel, voilà quelques-uns des traits de caractère pas très sympathiques souvent attribués aux français quand il s’agit de business… Des caractéristiques pas franchement compatibles avec le coworking, d’autant plus que notre mère patrie est encore à la traine dans ce domaine si nous la comparons à ses voisins européens. Pourtant, la France dispose de plusieurs atouts précieux qui nous laissent penser qu’elle pourrait elle aussi devenir une terre d’accueil pour les espaces de coworking. En voici quelques-uns.

1) Des précédents historiques

Avant même que le concept de coworking n’émerge véritablement, la France fut un temps un pays pionnier pour les communautés créatives.

De puissantes communautés ont commencé à se former en France pendant le siècle des lumières dans les cafés et les salons de certaines personnalités ( comme le café Procope ou l’hôtel de madame de Lambert). Des esprits éclairés s’y rassemblaient fréquemment pour échanger et débattre autour des idées progressistes de l’époque. A la veille des révolutions de 1848, les cercles de libres penseurs apparaissent en France et se fédèrent progressivement jusqu’à la veille de la Commune de Paris. Ces communautés intellectuelles, philosophiques et politiques se rassemblaient régulièrement pour échanger des idées et pour faire évoluer la société. Dans le même temps, on voit se multiplier les ateliers d’artistes où se recréent des espaces communautaires proche de l’esprit de la bohême. Pour tous ces artistes, l’atelier représentait l’espace de la gestation des œuvres. Lieu réel, il est aussi celui dans lequel se construit l’identité fantasmée de l’artiste, philanthrope et prométhéen. Enfin, l’atelier est l’espace de la sociabilité artistique. Ces ancêtres du coworking, nés sur nos bonnes terres de Gaule ne sont-ils pas des exemples encourageants pour les prochaines générations ?

Atelier d'artistes

2) Une protection sociale qui permet de tester ses projets en limitant les risques

Le très haut niveau de protection sociale dont nous pouvons bénéficier est un atout pour le coworking français ; il offre une sécurité financière à ceux qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure risquée de la création d’entreprise ou travailler à leur compte.

En d’autres termes, notre protection sociale nous permet de tester un projet sans prendre des risques financiers excessifs.

Assedics, RSA, prêts d’honneur et aides diverses permettent de tenir financièrement pendant la période de vaches maigres que traversent bien souvent les freelances et les entrepreneurs au début de leur parcours. Si vous tombez malade, vous n’aurez pas à revendre votre ordi ou mettre votre appart en hypothèque pour vous payer des soins, vous serez soignés quasi gratuitement ce qui est loin d’être le cas partout. Relativisez donc votre risque. Les espaces de coworking sont les endroits parfaits pour tester un concept dans les meilleures conditions sans prendre de risque financier excessif.

3) Un tissu urbain favorable

La plupart des agglomérations françaises ont un tissu urbain très dense, organisé en étoile autour d’un centre-ville agréable et stratégique car bien relié par les transports en commun et autres vélib’, bien équipé et offrant une visibilité importante aux entreprises. Malheureusement, ces centres sont coûteux ce qui oblige bien souvent les petites structures à s’installer dans la périphérie lointaine et ce qui force parfois les indépendants à travailler à domicile.

Le coworking s’avère idéal, pour bénéficier des avantages d’une implantation centrale sans en subir les contraintes budgetaires.

4) Un tissu de TPE dense et dynamique mais éclaté

On compte en France 1,25 millions d’entreprises unipersonnelles ce qui représente près de 50% du total des entreprises françaises !

Poussé par la crise économique et boosté par la création du statut d’auto entrepreneur, le niveau de création d’entreprise atteint des records. Pourtant, ces entrepreneurs et ces nouveaux freelances (qui partagent de nombreuses problématiques communes) ne parviennent pas à s’unir ou se fédérer. Les centres d’affaires et les pépinières ne sont pas toujours des solutions adaptées puisqu’ils demandent des investissements plus important, qu’ils sont moins flexibles qu’ils ne résolvent pas totalement le manque d’interaction qui affecte souvent les indépendants.

La création du statut d’auto entrepreneurs est en train de modifier progressivement le paysage français du monde du travail. De nombreuses personnes, anciennement rattachées à une structure d’entreprise ont pu (ou ont dû) prendre leur indépendance et ont quitté les structures d’entreprise traditionnelles. Où sont ces travailleurs aujourd’hui ? Chez eux probablement, et sans doute en train de réaliser qu’il n’est pas forcément évident de bosser en freelance… Dans ce contexte, le coworking serait une solution adaptée pour cette population croissante d’indépendants.

5) Un lien social à reconstruire.

La France est à la recherche d’un nouveau lien social. Nos structures sociales sont sorties salement amochées du XXème siècle. Résultat; un civisme qui laisse souvent à désirer, un individualisme encore dominant et une défiance importante entre les citoyens. Le contrat qui liait l’entreprise aux salariés a lui aussi du plomb dans l’aile. Utiliser les jeunes comme variable d’ajustement et outil de diminution de coûts (et non plus en vue d’embaucher) est devenu monnaie courante pour beaucoup de grandes entreprises françaises. La crise économique renforce le besoin d’entraide et de solidarité entre les citoyens.

Si le coworking parvient à montrer sa capacité à recréer du lien social, il est fort probable qu’il soit plébiscité par les français.

Liberté, égalité, fraternité ou la mort

 

Comment le coworking vous fait gagner de l’argent ?

Peut-être pensez vous : « D’accord, le coworking, c’est chouette, je pourrais travailler dans une meilleure ambiance avec des gens intéressants. Je suis convaincu qu’il y a beaucoup de bonnes raisons de faire du coworking. C’est tentant… mais je n’ai pas la thune. »

Nous avons déjà exposé en quoi être membre d’un espace de coworking constitue un avantage compétitif. Nous avons voulu ici chiffrer les économies et les gains qu’un espace de coworking peut vous permettre de réaliser.

Les résultats de notre analyse reposent sur le besoin du coworker type tel que défini par une étude Deskmag.

Rappelons que le coworker-type est un homme (où sont les femmes ? avec leurs gestes pleins de charmes…) de 34 ans familier du web. Ses revenus se situent dans la moyenne nationale, soit environ 2000€ net en France. Notre coworker cobaye s’appelle Diego.

Diego est un coworker permanent ayant un accès illimité à son espace, dans lequel il est présent 4 jours par semaine. Il travaille une quarantaine de semaines par an, et lorsqu’il se rend dans son espace de coworking préféré, Diego travaille en moyenne 8h dans la journée. Diego habite à Paris dans le 19ème où il vit en collocation avec deux amis. Avant de rejoindre son espace de coworking, Diego bossait de chez lui, ce qu’il fait encore de temps à autre d’ailleurs. Diego imprime 100 pages par mois et envoie un fax par semaine.

Regardons maintenant ce que signifie travailler dans un espace de coworking en terme d’économies et de profits.

Le coworking permet de faire des économies

Matériel
Imprimante, photocopieuse, scanner et autres matériels de bureau… Combien dépensez-vous en matériel, fournitures dont n’avez l’usage que ponctuellement ? Combien vous coûte de passer par un service d’édition ?
Dans un espace de coworking, vous avez accès à tous ces outils de bureau. S’il travaillait chez lui, cela représenterait pour notre cher Diego un poste de coût de l’ordre de 10€/mois.

Eau et énergie
A moins d’être un rat-taupe nyctalope travaillant au crayon, bosser à domicile a évidemment un impact sur votre consommation d’eau et d’énergie. De l’alimentation de votre ordinateur portable au chauffage en passant par l’éclairage sans oublier de tirer la chasse d’eau, travailler dans un espace de coworking vous permet de réduire vos factures. Certes, cela ne casse pas trois pattes à un canard.. Mais quand même, pour Diego cela représente 5€/mois.

Salle de réunion
En tant qu’entrepreneur ou freelance, vous avez sans doute besoin de louer une salle de réunion de temps en temps. Dans un espace de coworking, vous y accédez librement quelques heures par mois. Diego, notre coworker parisien l’utilise en général 2 fois 2h par mois, pour se coordonner avec ses partenaires ou recevoir ses clients. S’il devait louer cette salle de réunion dans un centre d’affaire, cela lui reviendrait très rapidement à plus de 100€ / mois (fourchette très basse à Paris).

Organisation d’événements
De même, vous êtes nombreux à avoir besoin de privatiser un espace pour organiser un événement. L’activité événementielle est devenue un élément important du marketing mix (cross media marketing). Relayée par les réseaux sociaux un événement réussi est un formidable vecteur de communication pour une jeune startup. Ça tombe bien, les espaces de coworking visent justement à vous faciliter la vie et sont prévus pour accueillir vos événements. Les coworkers bénéficient de tarifs préférentiels, typiquement de -30%. En organisant au cours de l’année un petit événement (~50 pers) et un plus conséquent (~200 pers) tous deux sur une demi-journée, Diego a économisé près de 400€ (en se basant sur un « petit » prix de l’ordre 5€ par participant : sauf à louer une cave, il est très difficile de faire mieux à Paris). En moyenne sur l’année, cela représente pour Diego une économie mensuelle d’environ 30€/mois.

Déplacements professionnels
Selon l’étude deskmag, les coworkers travaillent régulièrement à l’étranger et utilisent le Coworking Visa. Notre ami Diego s’en est servi quatre fois dans l’année et a pu travailler gratuitement dans d’autres espaces et économiser ainsi 70€ ce qui représente près de 6€ par mois.

Pro bono consulting et formation
On le répète souvent, la formation continue est un enjeu crucial pour l’entrepreneur (particulièrement dans le contexte actuel). Le coworking c’est avant tout le partage d’expérience et de bons tuyaux entre coworkers. Untel pourrait par exemple connaître un logiciel gratuit aussi efficace que la version payante qu’utilise son voisin de bureau ou connaître un hébergeur moins cher et faire partager ce bon plan aux autres. De nombreux coworkers sont experts dans un domaine et peuvent apporter leurs compétences de manière informelle et ponctuelle. Le coworking permet souvent de ne pas avoir à solliciter un spécialiste inconnu qui vous fera une jolie facture alors que vous n’avez qu’un petite question.

Il est très difficile d’évaluer ce que valent ces micro-conseils informels et ponctuels, d’autant plus que le « pro bono consulting » permet de réaliser des économies de tous types et permet surtout de gagner beaucoup de temps. En considérant qu’en plus beaucoup d’espaces de coworking proposent des séances de formation à moindre frais, nous pouvons prudemment avancer que les connaissances qu’un coworker peut accumuler en 1 an via son espace de coworking correspondent à 2 semaines de formation. Sur une base de 120€ par jour de formation c’est l’équivalent de 100€/mois d’économie pour Diego.

Travailler dans un espace de coworking  permet dans le cas de Diego de faire des économies de l’ordre de 250€ par mois.

Economies coworking

Le coworking booste votre productivité

Mais le coworking ne vous permet pas seulement de faire des économies, il booste votre productivité. Selon l’étude Coworking Survey menée par Deskmag, 86% des coworkers sont plus productifs depuis qu’ils travaillent dans un espace de coworking.

Logistique et aspects pratiques

Sur une journée de travail à domicile, combien de temps passez-vous à vous occuper de tâches que vous n’aurez plus à gérer dans un espace de coworking ? Il y a déjà le petit ménage matinal indispensable ;  les restes de pizzas collantes de la veille à nettoyer, les cadavres de bouteille à évacuer, les miettes qui vous grattent sur le canapé… Diego aime beaucoup ses collocs mais ils ne sont pas toujours clean. Et puis il y a les missions spéciales comme trouver et se rendre au magasin pour acheter tel ou tel materiel (souvent dans l’urgence donc à plus grand frais) ?  Comment paramétrer cette fichue imprimante wifi ? Enfin, puisque les moyens sont mutualisés, Diego bénéficie d’un meilleur matos à un meilleur prix. A commencer par la connexion Internet professionnelle dont il profite dans son espace de coworking.

Au bout du compte, notre Diego ne perd plus systématiquement 30 min par jour sur des broutilles, gagne 10 min par jour grâce à une meilleure connexion internet.

Estimation du temps gagné : 40 min/jour

Partage d’expertise
Nous l’avons déjà évoqué plus tôt: votre espace de coworking est un vivier de compétences et d’expertises très variées dont vous benéficiez au quotidien. Un petit conseil de 5 minutes peut facilement vous faire gagner deux heures de recherche sur internet, vous éviter de trimer pour rien ou de vous engager sur de fausses pistes. Une discussion informelle autour d’un café vous permettra peut-être d’entendre parler d’une nouvelle application qui pourra vous faire gagner un temps fou. C’est au moins une journée par mois qui est sauvée grâce à un conseil avisé.

Estimation du temps gagné : 20 min/jour

Temps de déplacement
Maintenant, il est probable que le temps gagné le plan pratique s’équilibre avec le temps de déplacement qu’il faut investir pour vous rendre dans votre espace de coworking. Et oui, travailler à domicile a un bel avantage: du lit au bureau il y a rarement plus de 10 secondes. En ce qui concerne notre sympathique Diego, il met en l’occurrence 15 min pour se rendre dans son espace de coworking, selon qu’il vient en Vélib ou en métro.

Estimation du temps perdu : 30 min /jour

Stimulation, motivation, détermination
ET SURTOUT, en vous sortant de votre solitude à haut risque, un espace de coworking vous galvanise : il est rempli de gens au taquet qui travaillent autour de vous, qui vous comprennent et vous soutiennent. Vous n’êtes plus seul et cela vaut de l’or…

Estimation du temps gagné : 1h/jour

Travailler dans un espace de coworking permet de gagner environ 1h30 par jour, soit un gain de productivité d’environ 20%

20% de productivité en plus signifie, s’il maintient le même volume horaire, que le revenu mensuel de Diego passerait de 2000€ à 2400€. C’est l’hypothèse que nous avons retenu. Cela étant dit, rien ne l’empêche de profiter du temps gagné pour faire autre chose…

Le coworking favorise les opportunités nouvelles

Nous l’avons souvent dit, un espace de coworking agit comme un catalyseur de sérendipité ce qui en fait un lieu idéal pour dénicher des opportunités. Un espace de coworking est peuplé de gens portant des projets innovants et des compétences certaines, des gens qui ont envie de partager et d’échanger. Il est évident que cet environnement favorise les rencontres fructueuses et les partenariats et qu’il a un effet positif sur le volume d’affaires de ses membres. L’étude Deskmag révèle qu’en moyenne, un coworker parvient à nouer une connexion par mois ayant un « impact positif » sur ses finances. A combien s’élève cet impact positif ? Difficile de quantifier précisément ce qui est par définition imprévisible mais nous pouvons nous en faire un ordre de grandeur. Nous avons estimé les gains d’opportunité à 200€ par mois. Pour Diego, cela signifierait concrètement la réalisation d’un site tous les trois mois pour l’un des coworkers rencontrés dans l’espace, la création d’un logo par mois pour un coworker en phase de création d’entreprise ou une journée dans le mois passée à animer une formation pour un client d’un ami coworker autour d’un sujet qu’il maitrise… Cela nous paraît réaliste dans une communauté qui rassemble un grand nombre d’indépendants et d’entrepreneurs potentiellement intéressés par ce genre de services.

En résumé

Pour un espace de coworking accessible à plein temps coûtant par exemple à Paris 300€ par mois, notre coworker cobaye réalise des économies à hauteur de 250 € et ses revenus peuvent augmenter de  600€ (400€ grâce aux gains de productivité et 200€ de gains d’opportunités). Au total, le gain net de 550€ par mois se répartit de la manière suivante :

Contribution ressources coworker

Pour ceux qui pensaient que le coworking était juste un truc de hippie…

willingness-and-motivation

Coworking : dope ta motiv

Rester motivé, c’est une question de volonté bien sûr, mais c’est aussi, et dans une large mesure, une question d’environnement. Afin de mieux comprendre comment le coworking peut stimuler la productivité des indépendants, revenons sur les déterminants de la motivation que nous avions mentionné dans notre infographie du vendredi.

Continue Reading