Qui parmi les freelances, indépendants ou entrepreneurs n’a jamais rêvé de voyager dans un endroit lointain tout en continuant à travailler ? Cette possibilité, encore impensable il y a 15 ans est devenu tout à fait accessible techniquement (un ordinateur, un téléphone portable et… Internet suffisent à beaucoup). On voit donc se développer une population croissante de digital nomads ainsi que des voyages mêlant travail et tourisme, phénomène que l’on désigne parfois par le vilain terme de workation.

Si la distance n’est plus une contrainte technique, elle pose souvent des difficultés pour les travailleurs nomades et autres baroudeurs connectés. Le manque d’habitude et de structures adaptées freine souvent ces voyages de même que la peur de ne pas pouvoir être efficace dans un environnement trop tentant !

Pour autant, il n’est pas toujours facile de bien travailler lorsque l’on est en voyage ou en déplacement. Trouver l’équilibre entre profiter des réjouissances du séjour et mener à bien son travail pose des problèmes complexes.

Voici donc quelques principes, acquis au cours de nombreux voyages professionnels et mis à l’épreuve au moment même où j’écris cet article (quelque part sur une île aux Canaries) :

Working on the beach

1 : Ne vous dites pas que vous partez en vacances

Rien n’est plus désagréable que des pseudo vacances durant lesquelles vous ne pouvez vous libérer l’esprit ou des pseudo séjours de travail où vous ne pouvez travailler efficacement.

Faites donc le choix clairement à l’avance et donnez-vous les moyens de vos ambitions; soit vous êtes en vacances, soit vous travaillez ! Si vous êtes en vacances, ne faites rien et ne pensez plus à votre activité et si vous prévoyez de travailler, donnez-vous les moyens d’être efficace.

Pour autant, inutile d’être masochiste ; ce n’est pas parce que vous aurez surfé 3h dans l’après-midi que vous n’aurez pas été productif. Ce n’est pas parce que vous avez souffert le martyr pendant 12h dans un écran, sous un néon maladif que vous avez été efficace ! Certains dans votre entourage ne le comprendront pas mais qu’importe !

2: Marquez la rupture d’environnement

Il est très frustrant d’arriver dans un nouvel endroit, avec plein de choses à découvrir et se retrouver directement empêtré devant son écran.

Lorsque vous arrivez quelque part, donnez-vous un peu de temps pour profiter de votre nouvel environnement en visitant les lieux et en faisant des activités typiques de là où vous êtes.

Prévoir ce temps à l’avance vous permettra de ne pas culpabiliser et vous donnera de la force pour bien travailler une fois que vous serez familiarisé avec votre environnement.

3:Partez avec des gens dans le même état d’esprit que vous

Si vous savez que vous aller partir avec des gens qui n’auront en tête que les vacances et le farniente, ne vous attendez pas à être vraiment productif à moins d’avoir une volonté de fer ou d’avoir mis clairement les choses au point en amont avec eux … et encore !

Si vous voulez rester focalisé sur votre travail, partez avec des gens qui ont le même objectif, qu’importe qu’ils travaillent sur le même projet que vous ou non.

Si vous n’avez pas de compagnons qui pourraient vous suivre dans votre séjour, sachez qu’il existe de plus en plus de lieux hydrides travail/loisirs où vous trouverez des pairs et même des évènements comme les Copass Camps qui réunissent des freelances et entrepreneurs pour des séjours en coworkation !

S’il n’est pas possible de pouvoir trouver le bon contexte social de travail, assumez clairement de prendre des vraies vacances et coupez complètement avec votre travail. Au moins, cela vous reposera parfaitement et vous rentrerez fringuant.

Beer workers

4: Servez-vous d’un prétexte !

Déplacement professionnel, salon ou conférence, rendez-vous client peuvent fournir d’excellentes incitations à un séjour en workation prolongé !

En combinant un déplacement nécéssaire avec un séjour de travail agréable, vous maximisez l’intérêt du voyage et vous en baissez les coûts.

Partir deux jours avant l’évènement prévu, rentrer quelques jours plus tard vous permettra bien souvent de ne pas avoir à payer les prix (et les complications) plus élevés des transports aux jours de pointe.

5: repérez les lieux où vous pourrez travailler (coworking, makerspaces, bibliothèque, café wifi…)

Même dans un environnement nouveau, il est important de garder la distinction entre espace de travail et lieu de vie, de pouvoir trouver quiétude et motivation.

Avant de partir, n’oubliez pas de repérer à l’avance les espaces de coworking, les makerspaces les cafés WIFI où les bibliothèques où vous pourrez travailler efficacement. Copass vous permet de repérer des espaces de coworking partout dans les monde, y compris aux Canaries, Bali, Brésil …

Coworking hubub bali

6:Levez-vous tôt

Au bord de la mer, à la montagne, dans une nouvelle ville ou en pleine nature, on aimerait pouvoir s’accorder du temps en pleine journée pour s’ébattre et découvrir les environs.

Pas de secret, il va falloir se lever tôt !

Heureusement, il est souvent plus facile de se lever tôt dans un nouvel environnement alors profitez-en ! Si vous êtes devant votre écran à 8h, il sera tout à fait possible de profitez pleinement (et l’âme en paix) de votre nouveau cadre de vie dès le début d’après-midi tout en ayant accompli le travail quotidien. Vos journées seront riches, longues et variées et vous profiterez pleinement de toutes les joies qu’offre le voyage sans perdre le sentiment du devoir accompli.

7: Profitez de l’inspiration

En voyage, dans un contexte différent, vous aurez tendance à prendre naturellement un peu de recul et à envisager votre activité son un angle nouveau.

Tirez-donc parti de cet atout en menant à bien des tâches qui demandent justement du recul ou un regard nouveau ; bilan de l’année, création d’une nouvelle offre ou méthodologie, réactivations d’anciens contact, clients ou partenaires, établissement des perspectives et objectifs à venir, lancement de pistes créatives etc.

8: Maintenez le contact avec le QG

Partir n’empêche nullement de rester en lien avec vos coéquipiers et vos contacts restés sur place. N’hésitez surtout pas à converser vos rendez-vous Skype ou téléphone habituels et de manière plus générale, à ne pas trop perturber votre rythme social professionnel.

Ces contacts prévus serviront de balises stables qui vous rendront plus productif où que vous soyez et vous éviteront de déraper.

Essayez de rester joignable au moins quelques heures a des moments définis et n’hésitez pas à fixer des règles permettant aux autres de vous contacter.

9:Prévoyez une liste de choses à faire

Une simple liste vous sera utile pour vous rappeler vos objectifs et vos priorités lorsque l’on n’a plus la tête dans le guidon.

Inutile de la faire trop ambitieuse, l’important est de pouvoir y cocher quelques lignes tous les jours afin d’avoir l’esprit tranquille et d’avoir un pied à l’étrier dès le matin.

10 : Laissez-vous du temps

Il est tentant de vouloir planifier à l’avance un agenda serré pour combiner travail et activités mais en pratique, c’est désagréable, stressant et souvent contreproductif. Ne cherchez pas forcément à visiter toutes les choses « à voir », choisissez-en plutôt quelques-unes et prenez le temps nécéssaire et laissez des grandes plages vides pour travailler, si vous en avez besoin, ou improviser une activité si la pression professionnelle se relâche.

Travailler dans un pays étranger fait partie intégrante de la découverte d’un pays ou d’une ville, il permet de vivre au rythme des locaux, dans leur quotidien professionnel, de rencontrer des coworkers, de découvrir d’autres façons de travailler, d’autres idées … En fait, c’est une activité touristique comme une autre !

Idéalement, concentrez les activités extra-professionnelles en début et fin de séjour et réservez les moments plus studieux au milieu de votre voyage. En début de séjour, cela marquera la rupture et vous aidera à vous familiariser avec votre environnement, en fin de séjour, cela servira de récompense à votre travail glorieusement accompli et de conclusion épique à un séjour géré avec brio !

Author

William

One thought on “10 règles pour bien travailler n’importe où

  1. Haydée on 8 octobre 2015 at 11 h 52 min Répondre

    Actuellement à Taïwan pour 6 mois, mon homme et moi sommes des nomades numériques. Voilà un donc article sympathique qui me donne envie de réagir.

    Point 2 :
    Effectivement, cela peut-être un peu frustrant. Soit vous ne pouvez prendre le temps de découvrir à cause du travail, soit vous faites l’impasse sur celui-ci le temps de cette fameuse découverte. J’avoue par contre qu’à chaque nouvelle installation, notre recherche d’appartement nous permet de visiter de nombreux quartiers la première semaine. Une excellente manière d’appréhender les lieux, et pas que les touristiques.

    Point 5 :
    Pour une personne seule, travailler dans des espaces wifi ou coworking est important pour la socialisation. Mais en couple, j’ajouterai malgré tout que nous pouvons travailler de chez nous la majorité du temps pour ne profiter que sporadiquement de ces espaces de travail. D’autant plus que ceux-ci ont un coût non négligeable.
    Et puis c’est plutôt agréable d’avoir son bureau à 10 mètres de son lit. 🙂

    Point 6 :
    Se lever tôt …. Hum, je ne suis pas tellement d’accord. Travailler de manière efficace, c’est surtout (contrairement à la vie d’un salarié) dormir tout son saoul. Et là, vive productivité et créativité, car l’esprit reposé est en ébullition. Partant du constat que chaque personne est efficace à des heures différentes, il n’y a pas de règle. C’est d’ailleurs le point 22 de mon dernier article : http://www.travelplugin.com/devenir-entrepreneur-en-ligne-26-raisons-indiscutables/
    Et pour quelqu’un qui travaillerait mieux toute la nuit, rien ne l’empêche de réserver sa journée entière suivante à la découverte des environs.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.