cognitive decision

Les biais cognitifs : quand notre cerveau nous fait faire les mauvais choix

Le cerveau humain est une machine incroyable de puissance et d’efficacité. Il passe son temps à ordonner, noter des similarités ou des différences entre les millions d’informations qu’il reçoit chaque jour. Il parvient à faire des analogies, des corrélations entre des choses en apparence déconnectées. Il catalogue, filtre et trie les données pour nous permettre de percevoir, de penser et de choisir vite et bien.

Par epxleme, je puex ércire pesqrue n’iorptme cmomnet et vrtoe cevareu proura dcéoder snas porbèlme l’ifrnomtaion en rmettnat narulettenemt de l’orrde dnas ce bzaar !

Plutôt que de décoder chaque bribe d’information individuellement, notre cerveau les traite par paquets auxquels il attribue des propriétés connues et les ordonne d’une façon qui lui paraît harmonieuse et pleine de sens. Cela fonctionne un peu de la même manière que le machine learning. Ici, on voit que le cerveau ne lit pas lettre par lettre mais mot par mot (voire par groupes de mots). Le cerveau pour penser, doit nécessairement généraliser, cataloguer, essentialiser.

Le problème vient lorsque ces paquets, ces séquences d’information, ces motifs que nous croyons connaître, se révèlent inappropriés, faux ou différents de ce que le cerveau s’imagine. Ce genre de distorsion du traitement de l’information s’appelle un biais cognitif.

Crétin de cerveau

Le besoin de cohérence du cerveau humain est si fort que bien souvent, lorsqu’une séquence cognitive harmonieuse s’est installée, il devient très difficile de considérer ou même de voir toute information supplémentaire qui n’obéit pas à ces règles.

On construit son jugement en survalorisant les informations qui confirment ce que l’on pensait déjà. C’est le biais de confirmation.

Le célèbre film 12 hommes en colère, réalisé par Syndey Lumet, permet de mieux comprendre comment opèrent les principaux biais cognitifs. Les 12 jurés doivent se prononcer sur un meurtre, et l’accusé réunit contre lui un ensemble de charges aussi concordantes qu’accablantes. Tous sont convaincus de la culpabilité du jeune homme accusé et sont prêts à se prononcer pour la peine capitale. Certains jurés semblent avoir quelques doutes mais voyant le groupe apparemment si unanime, préfèrent se conformer à l’avis majoritaire. C’est le biais de conformisme. Un seul membre émet des doutes, rompant l’unanimité du groupe et progressivement permet de renverser la situation vers l’acquittement.

12 hommes en colère

Certains membres du jury, devant la photo et l’origine de l’accusé (il vient d’un quartier pauvre et dangereux de New York) sont victimes d’une première impression négative qui oriente leur perception des faits présentés. Ils sont victime d’un effet de halo.

Un autre membre du jury, se considère avoir pris la tête du groupe en faveur de la culpabilité de l’accusé et s’obstine mais lorsque les preuves apparaissent de plus en plus fragiles et que lui-même se trouve de plus en plus isolé. Ayant déjà tant investi socialement et moralement dans cette opinion, il refuse d’abandonner sa position. Il est victime de l’effet des coûts irrécupérables, un grand classique qui pousse les investisseurs à renflouer des projets en cours alors même que l’issue devient de plus en plus incertaine …

La liste des biais cognitifs est longue et passionnante, vous y découvrirez forcément des situations vécues … Mais comment réussir à s’en soustraire pour enfin prendre de bonnes décisions ?

Arrêtez de vous faire biaiser !

Nos congénères ne cessent d’utiliser ces biais contre nous mais aussi contre eux-mêmes. L’art de la rhétorique et de la négociation fonctionnent largement sur nos biais : un discours plein de pathos pour cacher la faiblesse du fond d’un argumentaire, une flatterie pour booster votre égo tandis que vous serez prié de suivre les injonctions du troupeau, une convocation d’expeeerts et de noms illustres pour vous prouver que l’orateur est de camp du Vrai, du Bien, du Beau… Sachez-le, la société entière vous biaise, de l’homme politique à l’écrivain, du vendeur de souk à l’assureur, de vos collègues jusqu’à votre douce moitié !

Mauvaise nouvelle : on ne peut pas complètement échapper à ces biais cognitifs, car ils existent souvent en amont du jugement ; ils sont présents dès le traitement initial de l’information.

Leur puissance est telle qu’en être conscient ne suffit pas à les limiter. Même lorsque nous connaissons la théorie des biais cognitifs, nous y restons exposés presque autant que si nous les ignorions !

cognitive decision

Le seul moyen de limiter ces erreurs de jugement est d’essayer de s’extraire de sa propre position subjective en ajoutant des facteurs externes à la décision … faire appel à d’autres avis que le sien ou se fixer sur des critères de décisions stricts, définis à l’avance.

Rechercher la contradiction

Rien n’est pire qu’une cour de flagorneurs ou de disciples subjugués pour prendre les bonnes décisions. Entourez-vous d’esprits critiques et de réfractaires qui n’hésiteront pas à vous dire ce qu’ils pensent des décisions que vous envisagez de prendre. Même si ce n’est ni naturel, ni agréable, accordez plus d’importance aux critiques de vos amis qu’à leurs compliments.

Exprimer des désaccords

Comme Jean Rostand, j’en arrive à me demander si deux erreurs qui se combattent ne sont pas plus fécondes qu’une vérité qui régnât sans conteste. Quand il s’agit de prendre une décision en équipe, l’unanimité n’est pas forcément bon signe, l’aveuglement collectif, la complaisance, la volonté de maintenir une cohésion ou la simple lâcheté nous poussent à chercher la concorde. Vous pourrez par exemple nommer deux équipes, l’une chargée de défendre la décision et l’autre devant la démonter. Cela vous placera en juge capable de statuer avec un œil extérieur entre le procureur et l’avocat.

Discuter des incertitudes

Essayez de penser contre vous-même, faites des scénarios du pire ou du meilleur. Changez un paramètre du sujet à traiter, poussez la logique à fond et voyez comment les choses s’agencent. Si le projet paraît toujours valable en dépit des scénarios les plus extrêmes, la décision aura bien plus de chance d’être la bonne.

Fixer des critères explicites

Enfin, faites appel aux chiffres, à des critères d’évaluations les plus objectifs, les plus résiliants possibles pour donner à vos décisions un appui plus solide. Des outils de mesure mis en place avant de prendre la décision seront un soutien précieux pour agir sans tomber dans les travers cognitifs de notre crétin de cerveau !

De l’intérêt des illusions

Moins de 10% des startups réussissent et pourtant, 100% d’entre eux estiment faire partie des 10% d’élus. Problème de statistique fondamental ou sacré biais cognitif ?

Les histoires d’amour finissent mal en général, et pourtant, nous nous jetons dans ces folles aventures l’âme brûlante et remplie d’Absolu ; amours éternelles, passions infinies, promesses et don de soi … Touchante naïveté !

La découverte de l’Amérique par Christophe Colomb n’est-t-elle pas autre chose qu’un cas extrême et très chanceux de biais de confirmation doublé d’un gigantesque biais d’optimisme ?

Mais finalement, si les biais cognitifs étaient aussi un moteur nécessaire pour se lever tous les matins et tenter des choses ? Si la raison pure et froide n’était pas un ennemi de l’évolution humaine ? Si ces biais n’étaient pas des traits psychologiques validés par les lois infaillibles de la sélection naturelle ? Si Tolstoï n’avait pas vu juste lorsque qu’il écrivit que si la vie humaine était gouvernée par la raison, toute possibilité de vie serait anéantie ?

Peut-être qu’on ne va jamais aussi loin que lorsque l’on ne sait pas on l’où va et qu’en définitive, ce sont parfois les fous qui ont raison…

 

 

 

 

Sorry HAL

Futur du travail, futur de l’homme

Ah le future of work, encore un sujet d’angoisse pour les travailleurs, de stress pour les managers et de profits pour les consultants !

La peur de l’automatisation succède à celle la robotisation. La toute puissance de l’IA, terme vague sur lequel on projette tout et n’importe quoi, nous annoncerait la fin d’innombrables emplois. Les véhicules autonomes seront déployés massivement dans 10 ans. Il faut donc s’adapter à toute vitesse, oublier les modèles du passé et saisir le futur à pleine main sous peine de voir le futur se saisir de nous avec ses grosses pattes mécaniques.

Mais une question demeure ; sommes-nous capables de nous saisir de ce futur ? Ce futur est-il souhaitable ? Est-il faisable ?

Continue Reading

Mutinerie cessera bientôt de proposer des postes en coworking dans son espace parisien

C’est avec émotion que nous vous annonçons aujourd’hui le début d’une nouvelle ère et donc, nécessairement, la fin de la précédente. Avant l’été, nous cesserons de proposer des postes en coworking dans notre espace parisien. La décision de mettre fin à cette activité qui fut le point de départ d’une aventure commencée il y 7 ans ne fut pas facile à prendre. Laissez-nous vous en donner les raisons.

Continue Reading

Tribunal pour les Générations Futures : « Faut-il abolir le salariat? »

Les générations futures ne sont jamais représentées juridiquement. Et pour cause : elles n’existent pas ! Avec Usbek & Rica, les générations futures deviennent enfin « sujets de droit ». Faire saisir tous les enjeux d’une grande problématique d’avenir, c’est le pari du Tribunal pour les Générations Futures qui reprend les codes de la conférence en y apposant la scénographie d’un procès. Un format original et décalé pour interroger le monde qui vient et susciter le débat autour de thématiques qui vous importent ou secouent votre organisation. À partir d’une question polémique, un jury tiré au sort dans la salle délivre son verdict « dans l’intérêt des générations futures » après une série d’interventions (réquisitoire, témoignages, plaidoirie). Avec le Tribunal pour les Générations Futures, Usbek & Rica tente de comprendre les grandes révolutions en cours et le monde qu’elles préparent.

Continue Reading

Tous humains, tous vendeurs

Vendre facilement en nouant des relations et en répondant à une problématique

« Je n’arrive pas à me vendre, je n’ai pas le profil de commercial » – phrase maintes fois entendue dans la bouche des freelances. Et pourtant, une autre approche que celle de la vente pure et dure est possible : une approche plus humaine, basée sur l’apport de solutions à une problématique client – une approche réellement simple, même pour les plus introvertis (dont je fais partie) ! C’est cette approche que je vous présenterai lors de cette session.

Continue Reading

Freelances – entreprises, une alchimie délicate

Quels sont les ressorts d’une relation réussie ?

1ère partie: Etude “Entreprise et management : se transformer avec les freelances” par Laetitia Vitaud et Malt

A l’ère des freelances, comment repenser l’accès aux talents, la gestion des ressources humaines, l’organisation du travail, la question de la carrière ? Les Freelances ne sont plus seulement une ressource externe pour les entreprises, ils sont aussi un catalyseur de la transformation des organisations et l’expression d’un nouveau rapport au travail. Lors de cette plénière, en nous basant sur des études, des témoignages et des analyses d’experts, nous lèverons le voile sur les rapports freelances – entreprises.

Continue Reading

Mon Client m’a dit… Live

Comment vendre plus cher et rendre ses clients heureux ? 

“Vous êtes trop cher”, “Vous êtes une trop petite structure” “Je ne travaille pas avec des freelances” autant d’objections que vous avez sans doute déjà entendues. Lors de ce live exceptionnel, Khan répondra en direct à toutes les objections de vos clients pour que vous soyez en mesure d’y répondre la prochaine fois !

Continue Reading

Les 10 commandements du freelance

Équilibrer, faciliter, booster, sécuriser sa vie de freelance

Que vous soyez freelance aguerri ou en devenir, en régie ou en remote, expert, junior ou même slasher, cette conférence vous donnera une dose de pep’s. Nous avons condensé tous les indispensables qui vont simplifier votre vie de travailleur indépendant. Trouver des clients, pitcher, fixer son tarif, être payé à l’heure, anticiper les risques, optimiser son statut, se former etc … bref, nous avons essayé de penser à tout, venez juste avec vos questions !

Continue Reading

Salarié ou indépendant : qui gagne le plus ?

Comment calculer précisément votre prix de revient ?

Liberté, diversité des projets, flexibilité : on connaît par cœur les nombreux avantages à se lancer en freelance. Mais concrètement, gagne-t-on mieux sa vie lorsqu’on est indépendant ? Freelancing VS salariat : Shine décrypte les différences entre les deux statuts pour vous aider à connaître le taux journalier moyen que vous devez fixer si vous voulez vous y retrouver par rapport à un salarié. 

Continue Reading

Freelances de tous les métiers, unissez vous !

Panorama des différents collectifs de freelances

Trop longtemps isolés, les freelances commencent à s’organiser. De véritables communautés professionnelles se sont développées autour des espaces de coworking qui se sont multipliés ces dernières années. Parallèlement à ces communautés locales, des communautés de métiers se structurent dans l’esprit des anciennes corporations. Des événements d’envergure comme la Freelance Fair se sont imposés dans le paysage entrepreneurial français. Même les acteurs historiques du monde syndical se penchent aujourd’hui sur la question de la défense des travailleurs indépendants.

Continue Reading

Demain, Quelle Protection Sociale Pour Les Indépendants ?

Demain, quelle protection sociale pour les indépendants ?

Avec l’intégration du RSI au régime général, allons-nous voir les freelances bénéficier des mêmes avantages que les salariés ? Est-ce vraiment possible ? Et à quel coût ? Comment font nos voisins européens ? Les freelances seront-ils prêts à cotiser plus pour cela ? Alors que notre système social dans son ensemble est organisé autour du salariat, il devient urgent de se poser les bonnes questions.

Continue Reading
Wall-E

Face à la surcharge numérique, développer une écologie mentale

En quelques années, les technologies numériques sont entrées dans nos vies… dans nos boulots, nos relations, dans la rue, dans nos assiettes et jusque sous nos couettes ! Nous sommes saturés d’information, harcelés de requests et de notifications. Nous suintons du like et respirons du tweet à longueur de journée. Nos yeux s’abîment sur des écrans bleus à mesure que nos doigts scrollent toujours plus loin dans des contenus qui nous amusent et nous indiffèrent. 

Continue Reading
freelance

La Civilisation Freelance

L’émergence des freelances bouscule les discours tout faits d’un bout à l’autre du champ politique. Il n’est ni vrai patron, ni salarié. Le mouvement échappe aux cases traditionnelles : est-il une nouvelle forme de précarisation ou un affranchissement ?

Assistons-nous à l’émergence d’une sorte de conscience de classe dans le monde des freelances ? A un sentiment commun de partager, au delà du spectre très diversifié de professions et de talents, un destin, des objectifs et des conditions de vie ? Personne ne peut y répondre et c’est d’ailleurs une bonne nouvelle. Cela signifie que l’histoire n’est pas écrite. C’est donc à nous de le faire !

Continue Reading

Le coworking est mort, vive le coworking !

Récemment, Le Monde publiait un article intitulé « espaces de coworking, le trop-plein » qui faisait état d’une crise de maturité dans le secteur du coworking. Ce sentiment est partagé par de nombreux acteurs historiques qui font face à la fois à une concurrence accrue et à une baisse de l’effet de mode autour du coworking.

Le coworking se banalise. Des espaces ouvrent, d’autres ferment, le secteur se structure, des gros acteurs investissent le marché, bref, l’ébullition pionnière est retombée et le réel a fait son entrée. Certains y voient un signe d’essoufflement du coworking, pour ma part, j’y vois avant tout la conséquence du succès formidable d’un pari lancé par quelques pionniers il y a moins de dix ans !

Continue Reading
nid

Etre libre et s’enraciner : paradoxe d’une génération

Lorsque nous avons lancé Mutinerie, il y’a déjà 6 ans, nous ne nous doutions pas que nous étions en train de nous heurter à l’un des paradoxes majeurs de notre époque. Les gens qui venaient visiter notre espace de coworking étaient fiers et heureux de leur vie d’indépendant. Ils nous parlaient de leur parcours et de leur vie d’avant ; démission d’un emploi stable mais dépourvu de sens, absurdité d’une organisation d’entreprise inefficace ou inhumaine, sentiment de ne pas pouvoir s’accomplir dans son travail, volonté d’être plus mobiles, plus souples dans leur travail… Bref, ils louaient leur liberté !

Continue Reading